Le mensuel du business automobile, vente et aprés-vente
Disponible sur App Store

Au sommaire de

• Monde de l’auto : Spécial salon de Genève

  • Interview : Éric Wepierre,président d’Opel France
  • Après-vente : Les clés d’une relation client digitalisée
  • Coup de fil SAV : Erwan Baudimant, responsable national des ventes de R-M pour la France

Edito | Découvrir

S’abonner

jeudi 5 juillet 2018

Fin d’Autolib’, Drivy compte renforcer sa flotte en Ile-de-France

par

Suite à l’annonce de la résiliation du contrat Autolib’, Drivy, la plateforme d’autopartage leader en Europe, dévoile aujourd’hui son plan d’expansion pour la région parisienne.

La start-up prévoit de faire croître sa flotte sur 5 ans jusqu’à atteindre 10 000 véhicules en libre-service à Paris et en Ile-de-France, dont 500 électriques dès la fin 2019. Aujourd’hui, 6000 véhicules sont déjà disponibles à en Ile-de-France, dont 1 000 en libre-service - soit de loin la plus grosse flotte d’autopartage de la capitale.

Là où Autolib’ couvrait des trajets de 20 minutes en moyenne et souffrait d’une concurrence directe avec les VTC et les scooters électriques, Drivy se concentre sur des trajets de quelques heures à quelques jours permettant de sortir des centre-ville. Il ne s’agit donc pas pour la startup de remplacer Autolib’, mais d’utiliser la place et les bornes de recharges libérées pour opérer un service complémentaire aux transports intra-urbains courts.

De 1 000 à 10 000 véhicules en 5 ans

Pour franchir d’ici 5 ans le cap des 10 000 véhicules disponibles en libre-service à Paris, Drivy compte s’appuyer en particulier sur les gestionnaires professionnels de flottes, de plus en plus nombreux sur la plateforme. Historiquement basée sur un modèle de particulier à particulier, Drivy a récemment accéléré l’ouverture de sa plateforme aux flottes professionnelles. Aujourd’hui, déjà 500 véhicules dédiés à l’autopartage sont opérés par des entrepreneurs, loueurs ou opérateurs de flottes à Paris sur Drivy. Tous sont équipés de la technologie Drivy Open qui permet d’ouvrir une voiture directement depuis l’application mobile de la plateforme.

Une offre électrique privilégiée

Cette croissance sera accompagnée par un accroissement de la part des véhicules électriques au sein de la flotte, ce qui était jusqu’ici impossible, faute de réseau de recharge suffisamment dense. À l’heure où les trajets de moins de 100 km représentent 20 % de la demande des utilisateurs Drivy à Paris, la plateforme prévoit d’intégrer 500 véhicules électriques dédiés à l’autopartage dans sa flotte à horizon fin 2019.

"Nous projetons donc d’avoir 500 véhicules électriques disponibles en autopartage à Paris, à la condition que les bornes de recharges promises par la Mairie suite au reconditionnement des bornes Autolib’ soient disponibles avant la fin 2018", explique Quentin Lestavel, Directeur France et Belgique de Drivy.

Miser sur le thermique pour démotoriser les Parisiens

La start-up, qui mène depuis de nombreux mois un dialogue continue avec la Mairie de Paris, insiste cependant sur le fait que la Ville devra nécessairement développer une offre d’autopartage thermique en boucle complémentaire à l’offre électrique pour atteindre l’objectif de démotorisation qu’elle s’est fixée.

"Si l’on veut vraiment que les Parisiens puissent se passer de voiture individuelle, il faut répondre à tous les cas d’usage pour lesquels ils achètent une voiture, y compris les trajets plus longs, pour un week-end ou un déplacement professionnel. Aujourd’hui, ces trajets représentent 80 % de la demande sur Drivy, et seul un véhicule thermique convient. La part de l’électrique pourra augmenter au fur et à mesure que l’autonomie des batteries progresse", développe Paulin Dementhon, CEO et fondateur de Drivy.

La start-up en appelle donc à la Mairie de Paris pour que des solutions de stationnement pensées pour l’autopartage thermique voient le jour, soit en allouant un nombre significatif de places dédiées, soit en élargissant le périmètre de la carte "autopartage Paris" aux véhicules thermiques répondant au standard Crit’Air 1.

L'info en continu

Commercialisation de produits d’assurance : quels changements pour les distributeurs (...) 5 juillet 2018 par Yelen Bonhomme-Allard Secteur [Vidéo] L’actualité automobile de la semaine du 2 juillet 2018 6 juillet 2018 par Christophe CARIGNANO Constructeurs

- Voir tous les articles

Auto Infos à votre rythme :

Auto Infos, le mensuel

Abonnez-vous à Auto Infos pour recevoir chaque mois des analyses approfondies sur le marché de la vente et de l’après-vente automobile.

La newsletter quotidienne

Notre newsletter quotidienne est diffusée auprès des acteurs des filières vente et après-vente automobile tous les jours du lundi au vendredi à 18h00.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au quotidien : le fil RSS

Notre flux RSS vous permet de suivre l’actualité du secteur automobile en direct.
Si vous ne savez pas ce qu’est un flux RSS, vous pouvez en apprendre un petit peu plus ici.

Réseaux Sociaux, instantané

Si vous utilisez Twitter, nous vous invitons à nous suivre pour rester en contact avec l’actualité quelles que soient les circonstances.
Suivez-nous aussi sur Google plus, nos actualités y sont postés heure par heure.