D’ici à 2025, un tiers des ventes de DS sera des modèles électrifiés

Publié le par

Le lancement de la version hybride rechargeable du futur DS7 Crossback n’est que la première pierre à la construction d’une gamme de modèles électrifiés qui devrait peser pour un tiers des ventes d’ici à 2025.

D'ici à 2025, un tiers des ventes de DS sera des modèles électrifiés

Il y a un an, le groupe PSA annonçait de quoi serait fait son avenir en matière de mobilité électrique. À cette époque, son patron, Carlos Tavares, annonçait le lancement à l’horizon 2021 de quatre modèles 100 % électriques ainsi que de sept véhicules hybrides rechargeables, mais avait laissé planer le suspense sur les futurs modèles. On sait aujourd’hui que l’offensive de PSA se concrétisera tout d’abord par le lancement dès l’année prochaine du Peugeot 3008 version hybride rechargeable mais aussi du DS7 Crossback E-tense, version hybride du SUV, lancée au printemps 2019.

Inspiré du concept-car DS E-Tense dévoilé lors du salon de Genève l’année dernière, le DS7 Crossback E-Tense se parera de l’association d’un bloc essence de 200 ch à deux moteurs électriques de 80 kW logés sous chacun des trains roulants. Le tout, pour une autonomie en tout électrique allant jusqu’à 60 kilomètres et puissance cumulée de 300 ch en quatre roues motrices. Cet ensemble est combiné à une transmission automatique à huit rapports. Ce DS7 Crossback n’est que le premier modèle d’une gamme électrifiée plus large chez la marque haut de gamme du groupe PSA avec de nouvelles déclinaisons sur d’autres modèles de série. DS ambitionne ainsi de réaliser un tiers de ses ventes en électriques ou hybrides d’ici à 2025.

Une autonomie accrue

« À partir de DS7 Crossback, la marque lancera un modèle par an, chacun disposera d’une version électrifiée, hybride ou électrique », précise DS.
Avec, à la clé, des autonomies accrues grâce à des technologies issues du savoir-faire des équipes de DS Performance, rattachées à la conception de monoplaces 100 % électriques pour les courses de Formula E. Tandis que les véhicules électrifiés de série sont alimentés avec des tensions autour de 400 V, celles de Formula E le sont en 700 V.

« Une fois l’utilisation du 700 V complètement maîtrisée nous pourrons proposer des tensions plus importantes sur les voitures de série », souligne Eric Apode, directeur produits et développement de la marque DS. Avec, à la clé, de réelles progressions en termes d’autonomie électrique. De bon augure pour la démocratisation des véhicules électrifiés alors qu’en France, les derniers chiffres de ventes montrent un marché encore très hésitant.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos