30 000 emplois générés par l’électromobilité en France d’ici à 2030

Publié le par

Une étude de Joblift montre une augmentation significative des offres d’emplois liées à l’électromobilité avec, à la clé, 30 000 postes créés d’ici à 2030.

30 000 emplois générés par l’électromobilité en France d’ici à 2030

Le marché de l’électromobilité source de nouveaux emplois ? C’est en tout cas ce que révèle cette étude réalisée par le moteur de recherche d’emplois Joblift. À l’heure actuelle, les emplois relatifs aux véhicules propres représentent encore à peine plus de 1 % des emplois dans l’automobile, avec environ 4 000 collaborateurs sur les 440 000 salariés actifs dans le secteur automobile en France (en équivalent plein temps).

La progression de ces postes liés à l’électromobilité est pourtant significative : 5 181 de ce type d’offres d’emploi ont été publiées en France les 24 derniers mois. Cela représente une augmentation mensuelle moyenne de presque 6 %, même si cela reste une goutte d’eau par rapport aux 19 millions d’annonces publiées en France durant ces deux dernières années, tous secteurs confondus. En guise de comparaison, les publications d’offres du marché de l’automobile ont augmenté de 0,7 %.

Renault est à l’origine de 50 % de ces offres d’emplois tournées vers l’électromobilité. Le constructeur est suivi d’Alstom (21 %) et Wimoov (1 %).
« À moins de 1 % des annonces totales, on retrouve Faurecia, Keolis, Bosch ou encore Michelin. Pour le reste, il s’agit d’offres de cabinets de recrutement tels que Synergie, Contact RH, Interim Nation, Adecco  », précise Joblift.

Des ingénieurs recherchés

Les postes dans l’écomobilité concernent principalement les développeurs et ingénieurs système et analystes (10 %) suivi des chargés d’études de marché (6 %) et des chercheurs d’utilisabilité (4 %). Un peu moins de la moitié des offres (47 %) sont des CDI, 20 % des stages et 20 % également des contrats en alternance. La filière emploie des profils ingénieurs (42 %), et des candidats au niveau bac + 5 et bac + 2 (21%).

En se basant sur ce rythme de croissance des offres d’emplois de 6 % par mois et sur les chiffres de ventes croissants de modèles électrifiés, Joblift a estimé la création de 30 000 emplois supplémentaires spécialisés à l’horizon 2030.

Présent également en Allemagne et aux Pays-Bas, le moteur de recherche d’emplois a recensé 7 000 offres d’emplois liées à l’électromobilité sur les derniers 24 mois, avec Daimler en tête des employeurs et 3 000 offres aux Pays-Bas, un volume dynamisé par Tesla.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos