A+ Glass limite la casse sur le vitrage

Publié le par

A+ Glass est sorti du confinement sans avoir trop souffert de la situation. Un grand nombre de centres sont restés ouverts afin de s’occuper des urgences et des clients en difficulté. Un aspect apprécié par les apporteurs d’affaires, qui ont joué le jeu en facilitant le quotidien des adhérents.

Le travail effectué sur le terrain dans des moments difficiles a permis de renforcer l’image d’A+ Glass. © A+ Glass
Le travail effectué sur le terrain dans des moments difficiles a permis de renforcer l’image d’A+ Glass. © A+ Glass

À la fin du mois d’août, A+ Glass ne présentait qu’une baisse de 6 % de son chiffre d’affaires par rapport à la même période en 2019. Un résultat inespéré dans le contexte du confinement et des conséquences de l’épidémie. Cette situation s’explique notamment par le maintien de l’activité d’une majorité de centres. Une décision collective et individuelle, prise sans contraintes. « Tous les centres ne sont pas restés ouverts mais ceux qui n’ont pas poursuivi leur activité sont restés joignables pour gérer les urgences », explique Marie-Pierre Tanugi de Jongh, présidente du directoire d’A+ Glass. Le réseau n’a cependant pas traversé la crise sans souffrir. Cependant, cinq entreprises seulement ont cessé leur activité. Des structures dont la santé financière n’était pas au mieux avant le confinement. « Je dois dire que nous avons bénéficié d’une très bonne réactivité des banques », souligne Pierre Perez, fondateur de l’enseigne. Avoir répondu présent face aux demandes des apporteurs d’affaires a permis de limiter un peu les dégâts sur le plan financier et a renforcé l’enseigne elle-même.

Assureurs réceptifs

Le travail effectué sur le terrain dans des moments difficiles a permis de renforcer l’image d’A+ Glass auprès des clients mais aussi auprès des apporteurs d’affaires. « Nous sommes très bien positionnés aujourd’hui en matière de taux d’orientation », confirme Pierre Perez. Des assureurs qui ont joué le jeu pendant le confinement et qui restent toujours à l’écoute selon le fondateur d’A+ Glass. La prise en compte des conditions particulières liées à la pandémie a donc été une réalité. « On doit dire les choses quand ça ne va pas mais il faut aussi dire quand tout se passe bien », insiste Pierre Perez. « Les assureurs ont répondu présent pendant la crise, tout comme plusieurs fournisseurs, qui nous ont permis de continuer à travailler », poursuit-il. Le principal problème matériel est donc venu de la logistique, largement impactée par le confinement. « Des problèmes que nous rencontrons toujours à l’heure actuelle », regrette Pierre Perez. Malgré ce contexte, l’été a été bon et le début du mois de septembre est positif. « Nous devrions tirer notre épingle du jeu », constate Pierre Perez avec prudence.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos