ABVV fourmille de projets autour de la mobilité

Publié le par

Eminent partenaire de Volvo depuis près de 30 ans, le groupe du Val-d’Oise déborde de nouveaux projets qui verront le jour dans les mois à venir. Entre l’activité de location, le centre premium à Roissy-en-France, l’intégration de nouvelles marques et la création d’un label VO global, l’opérateur est sur tous les fronts.

© ABVV
© ABVV

Le groupe ABVV est né de la persévérance de son fondateur, Grégoire Izikian. Véritable autodidacte, ce passionné de berlines a hérité de la fibre automobile de son père, ancien gérant d’une entreprise de réparation de véhicule motorisé. Parti d’un petit cabanon en bois attenant au domicile, Grégoire Izikian est aujourd’hui à la tête de quatre sites premium dont le chiffre d’affaires a atteint les 94 millions d’euros en 2019. À force de travail, l’atelier de jardin s’agrandit au point de devenir un véritable garage en 1977. Le site historique de Gonesse (95) voit le jour. Agent Renault en premier lieu, puis agent Audi et Volkswagen de 1985 à 1991, Grégoire Izikian concrétise son rêve en devenant concessionnaire Volvo en 1991 et choisit de baptiser son affaire « Garage de la Gare » (ndlr : l’entité porte désormais les initiales de ses quatre fils). Le dirigeant marque un tournant dans le développement de son entreprise en inaugurant, sept ans plus tard, la concession d’Épinay-sur-Seine (93), puis celle de Saint-Ouen-L’Aumône (95) en 2003, située au cœur de la Cité de l’Auto.

Exclusivement positionné sur une stratégie monomarque, Grégoire Izikian fait le choix d’investir en 2013 sur le canal du véhicule d’occasion en ouvrant une structure Volvo Selekt à deux pas de celle dédiée aux véhicules neufs. « Notre président estimait que Volvo lui avait fait confiance et cette confiance justifiait un investissement centré sur elle pendant toutes ces années » explique Bedros Izikian, directeur général du groupe depuis novembre 2018. Considéré comme « une seconde marque » à part entière par son père, le label VO est sublimé par un showroom de 1 000 m2 et des infrastructures « à la hauteur des ambitions du constructeur » (2 000 m2 d’aire de stockage et de préparation, 12 espaces de travail en atelier et dix techniciens à temps plein). Aujourd’hui, 50 % des approvisionnements en occasion sont liés à des reprises VN et VO, 35 % correspondent à des achats auprès des constructeurs, et les 15 % restants sont liés à des achats extérieurs.

L’aventure multimarque

Fidèle à la firme suédoise depuis ses débuts, Grégoire Izikian concrétise son premier développement externe en 2016 suite au rachat d’une concession à Chantilly (60) et à l’acquisition d’un nouveau panneau : Jaguar Land Rover. Un choix cornélien face à la mauvaise santé du constructeur britannique. « Nous avons senti à ce moment-là une maturité à absorber des marques supplémentaires sans pour autant perdre notre identité, ni délaisser Volvo, analyse Bedros Izikian, l’aîné de la fratrie (suivi de Vrej, Armen et Vahé par ordre de naissance). Pour débuter l’expérience multimarque, nous estimions que des marques dont l’identité est proche de celle que nous exploitions était idéal pour éviter les risques de crash. Les valeurs de JLR correspondaient aux nôtres et nous imaginions une belle complémentarité avec Volvo. De plus, nous souhaitions rester dans un univers premium car c’est celui que nous maitrisions le mieux à l’époque. Par ailleurs, dans la mesure où historiquement, le site de Chantilly était réparateur agréé Land Rover, cela nous a permis d’entamer plus naturellement les discussions avec la marque afin de travailler sur ce projet ».

Le temple de la mobilité

Après quatre années de collaboration, force est de constater que la prise de risque a été mesurée et fructueuse. L’opérateur du Val-d’Oise figure parmi le top 10 des concessionnaires de JLR avec un seul site à son actif. ABVV aimerait réitérer prochainement l’expérience, toujours dans le nord de l’Ile-de-France. Si pour l’heure rien n’est encore acté, il pourrait intégrer une nouvelle marque à son portefeuille au cours du second semestre 2020. En attendant les futurs développements externes, le groupe se concentre sur le lancement d’une nouvelle activité de mobilité. Baptisée « ABVV Mobility and Services », celle-ci déploie des services de location de véhicules d’occasion et de conciergerie qui devraient être disponibles dès la fin juin. En parallèle, l’entreprise familiale travaille sur la création d’un label VO à l’échelle du groupe qui réunira les marques premium déjà représentées, ainsi que celles à venir. L’arrivée de constructeurs généralistes n’est d’ailleurs pas exclue.

Mais le plus gros projet est sans conteste la création d’une cité automobile premium à Roissy-en-France (95). Après plusieurs années de discussion avec la municipalité - notamment en raison de la proximité du terrain avec l’église classée monument historique - celle-ci a donné son feu vert. La première phase de construction a été amorcée il y a six mois. Il s’agira d’un bâtiment dédié aux activités commerciales et services pour les marques Volvo et JLR auxquelles sera adossée une activité de location courte et moyenne durée. « L’idée de ce site temporaire est de lancer l’activité, de communiquer sur notre présence à Roissy et d’amorcer une dynamique commerciale et service dès septembre afin que les clients et sociétés sachent que nous sommes sur place ». En parallèle, un second terrain, situé à 300 mètres, accueillera le centre premium qui devrait voir le jour fin 2022 (et condamnera naturellement le site de Gonesse). Il s’agira d’un pôle d’activité moderne d’une superficie de 3 500 m2, qui comportera 20 ponts et espaces de diagnostic, et où sera représenté le portefeuille de marques actuel et potentiellement une à deux autres marques premium.

Une fois ce second bâtiment achevé, le premier sera réaménagé afin d’y accueillir un nouveau service : « une activité de Classic Cars ou un label VO. Rien n’est figé pour l’instant et cela se fera en accord avec la municipalité de Roissy dans le but de la valoriser ». Grâce à cette implantation proche de l’aéroport Paris CDG, ABVV ambitionne de conquérir une clientèle professionnelle mais surtout internationale. « Nous souhaitons mettre en place une mobilité à travers les marques, confirme Bedros Izikian. Par exemple, dans le cadre d’un déplacement professionnel en France d’un client Volvo italien, nous voulons être capables d’assurer sa chaîne de mobilité afin qu’elle soit ininterrompue au sein de la marque ». Marchant sur les traces « du boss », les autres membres de la fratrie devraient rejoindre progressivement le projet afin d’écrire ensemble un nouveau chapitre de la saga familiale.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche
EVENEMENT A LA UNE