Les agents Peugeot vent debout contre le constructeur

Publié le par

La question des frais de refacturation entourant le VO fait éclater au grand jour les tensions entre les agents Peugeot et la marque.

Les agents Peugeot vent debout contre le constructeur

Par la voix du Groupement des agents des automobiles Peugeot (GAAP), les agents de la marque dénoncent des frais de reprise des véhicules d’occasion qu’ils jugent « abusifs ». « L’activité VO est devenue essentielle à la pérennité de nos entreprises, explique Florence Gete, présidente du GAAP. Il est anormal que des frais de reprise de 200 euros à 800 euros soient appliqués, avec parfois même un effet rétroactif ! » Et d’ajouter : « Au final, si le constructeur ne souhaite pas faire du VO avec ses agents, nous développerons l’activité avec d’autres partenaires ».

Un bras de fer sur fond de frais de reprise VO

Le GAAP déclare ainsi avoir engagé un bras de fer avec les distributeurs Peugeot, « attendant du constructeur qu’il prenne position sur les pratiques des concessionnaires de la marque ». Le groupement a des mots très durs contre la marque : « Nous souhaitons que les distributeurs nous laissent exercer cette activité librement, sans entrave financière, ni administrative, poursuit la présidente du groupement de marque. Nous demandons à ce que l’agent qui effectue toutes ses reprises VO associées à la vente d’un VN par son intermédiaire, ne soit facturé d’aucun frais par les concessionnaires, sinon de frais raisonnables pour celui qui effectuerait des reprises ponctuelles. »

Menace de rupture avec les distributeurs

Le groupement des agents Peugeot rappelle en substance qu’il est « confronté pour 2019 à la préconisation lancée aux concessionnaires par le GCAP d’une facturation de 200 euros et au silence assourdissant de la marque ». Face à ce statu quo, le GAAP a préconisé à ses adhérents de ne pas signer leur contrat VN 2019 tandis qu’une action juridique pour dénoncer ces pratiques commerciales est également envisagée.

Une relation qui se dégrade depuis deux ans

Au-delà de ce problème de facturation des reprises VO, le GAAP estime que le problème est beaucoup plus global avec la marque. Pour la présidente du GAAP, la question des frais de refacturation entourant le VO fait éclater au grand jour les tensions entre les agents Peugeot et la marque. « Le sujet du véhicule d’occasion vient confirmer notre baromètre du ressenti des agents Peugeot réalisé depuis deux ans. Les résultats témoignent d’un désintérêt du constructeur pour son réseau d’agents. »
Dans sa lettre ouverte au constructeur, le GAAP dénonce l’attitude de la marque. « Il s’agit de la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Nous souhaitons que les choses évoluent vers un commerce intelligent, souligne encore sa présidente. Le constructeur se vante de ses performances commerciales, et de ses bénéfices record, mais la réalité est toute autre sur le terrain. »

Les agents Peugeot estiment ne recevoir aucun bénéfice des bons résultats du constructeur malgré leur contribution en constante évolution. « Le réseau des agents est aujourd’hui le parent pauvre. La marque nous demande toujours plus, en nous donnant moins », conclut Florence Gete. Pour mémoire, le GAAP regroupe aujourd’hui 1 200 adhérents issus du réseau des agents Peugeot qui rassemble 2 000 points de vente dans l’Hexagone.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos