Aiways U5 : la bonne surprise

Publié le par

Déjà implantée en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique, la start-up chinoise a fait son entrée en France en janvier dernier. L’U5, son premier et unique véhicule, totalement électrique, est proposé à 39 300 euros (standard) ou 42 400 euros (premium).

© Auto Infos
© Auto Infos

Après plusieurs années de communication, le U5 devient enfin réalité en Europe. Car il faut dire que pour présenter son SUV, la marque chinoise a multiplié les coups de communication : un périple de 14 000 kilomètres réalisé en deux mois, reliant la Chine à l’Europe. Notons que la dernière étape coïncidait avec l’ouverture du salon de l’automobile IAA en septembre 2019. Puis en mai 2020, le débarquement d’une flotte de 500 unités sur l’île de Beauté dans le cadre d’un programme de location avec Hertz (localement opéré par Filippi Auto). Ces campagnes promotionnelles surprenantes participent à la stratégie de développement d’Aiways qui réfute la vente traditionnelle par le biais d’un réseau de concessionnaires. En France, Car East France a été choisi comme le distributeur exclusif de l’U5. La société propose d’essayer le modèle dans 26 villes aux côtés de Geniux, des spécialistes de la marque et de la technologie électrique, et s’occupe également de la vente. Concernant la partie après-vente, le constructeur s’appuie sur Feu Vert et GoMecno pour la maintenance en centre ou à domicile et Albax/Lecoq et AD pour la carrosserie.

Nos impressions au volant

Bercé par toute cette singularité, l’U5 était donc très attendu. Lors d’une journée d’essai, la rédaction d’Auto Infos a pu le dompter. Sur les routes des Yvelines, la carrosserie bleue acier du véhicule chinois n’a pas manqué d’attirer la curiosité des passants. Car il faut dire que le SUV ne passe pas inaperçu avec sa calandre imposante et pleine. Clairement, soit on adhère au design, soit pas. Si de profil le SUV montre des lignes séduisantes, la face avant est moins convaincante. Néanmoins, dans l’habitacle les surprises sont au rendez-vous : des matériaux de qualité, un produit bien fini, des couleurs d’habillage très élégantes, un tableau de bord sobre et épuré, un écran tactile de 12,3 pouces efficient, une assise confortable, une bonne hauteur de conduite et enfin un système d’assistance pour le conducteur innovant.

À l’intérieur, l’espace est plus que généreux notamment pour les trois passagers à l’arrière qui bénéficient d’un grand espace devant les genoux, mais aussi dans le coffre puisqu’il peut contenir 432 litres de changement. La conduite est fluide et la pédale d’accélération est réactive (d’autant plus en sélectionnant le mode Sport) si bien qu’on ne peine pas à déplacer ce mastodonte d’une 1,7 tonne. Enfin, le toit ouvrant (disponible sur la version premium) laisse entrer un puits de lumière et ouvre sur l’extérieur lors des trajets. Néanmoins, cette première prise en main a fait émerger plusieurs constats qui sont à regretter, voire rédhibitoires : l’absence d’un bouton Start and Stop près du volant, l’incorporation de la touche de détresse au dessus de la tête du conducteur, l’absence d’un GPS de série (il faut obligatoirement brancher son Smartphone pour se diriger), l’insonorisation qui pourrait être retravaillée et la pédale de frein qui manque de réactivité à cause de la récupération d’énergie.

Dans l’ensemble, l’U5 est un très bon produit aux nombreux atouts qui pourront séduire les automobilistes français. Il est animé par un moteur de 150 kW et une batterie de 63 kWh pouvant offrir une puissance combinée maximale de 204 chevaux et une autonomie électrique de 410 kilomètres. Le véhicule abat les 0 à 100 km/h en 7,8 secondes. En France, le SUV est proposé à 39 300 euros pour la version standard ou 42 400 euros en finition premium. Les équipes de Car East France espèrent commercialiser 1 000 unités par an.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos