Alexandre Lacombe, Seat : "Nous souhaitons conquérir le marché des flottes avec la Leon ST".

Publié le par

Alexandre Lacombe, Seat :

Entretien avec le directeur de Seat France, Alexandre Lacombe, à l’occasion de la sortie officielle de la Leon ST stratégique pour le constructeur qui souhaite partir à la conquête d’une clientèle de flottes d’entreprises en Europe.

A.I. : Quels sont vos résultats à fin octobre et les perspectives pour l’année 2013 ?
Alexandre Lacombe  : Nous sommes stables en part de marché mais si on décortique les choses on s’aperçoit que l’on progresse sur deux marchés qui nous intéressent. Sur les particuliers, nous sommes à 1,5% en baisse de 4,7% sur un marché à -9%. Pour les sociétés, nous progressons de près de 20% avec un part de marché en dessous de nos attentes puisque nous sommes à 0,6-0,7%. On vise des scores plus haut sur ce créneau. Au niveau de la location courte durée, cela fait un an que nous avons pris la décision de réduire drastiquement les volumes. Donc pas de ventes dites tactiques y compris sur les véhicules de démonstration où je note que cela progresse toujours chez nos concurrents...

A.I. : Comment évolue votre réseau dans ce contexte difficile ?
A.L. : Le réseau est l’un des grands enjeux pour la marque en France. Nous avons encore des zones où nous ne sommes pas représentés. Cela fait partie d’un plan d’augmentation de la capillarité de notre réseau. Nous avons également des performances très hétérogènes avec un premier quart qui fait 2.7% de parts de marché et un dernier quart en dessous d’un point. La moyenne des résultats financiers à fin septembre passe à 0,10 en résultats financiers, nous serons donc positifs. Nous avons aujourd’hui 90 investisseurs pour 127 points de vente et près de 220 points d’après-vente.

A.I. : La Leon ST est importante pour vous pour partir à la conquête des flottes d’entreprises en Europe ?
AL. Effectivement, nous avons l’ambition de conquérir le marché des flottes avec la Leon ST. Sur l’année nous comptons en vendre 2000 unités tous canaux confondus dont 20% des volumes sur les flottes d’entreprises. Soit 3600 ventes pour les sociétés l’an prochain.

A.I. : Comment percevez-vous la fin de l’année avec des ventes qui semblent se redresser pour les marques françaises ?
A.L. : Les Français ont sur la fin de l’année une agressivité commerciale et produits importante. Ils font des petites voitures avec des produits qui créent la demande. Les bonus ont également créé beaucoup d’anticipation. La croissance reste donc encore un peu artifitielle en raison des différentes évolutions fiscales.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos