Alfa remet à jour ses Giulia et Stelvio

Publié le par

Alfa Romeo revoit ses deux modèles phares pour l’année 2020. La berline Giulia et le SUV Stelvio héritent d’améliorations techniques et d’une gamme simplifiée pour lutter contre une rude concurrence.

© Alfa Romeo.
© Alfa Romeo.

Les Alfa Romeo Giulia et Stelvio évoluent en 2020. La marque italienne a modifié ses deux porte-drapeaux afin de corriger les points faibles repérés sur les premières générations. Au-delà de ces évolutions techniques, la filiale française a simplifié les deux gammes, revu les niveaux d’équipements et repositionné les tarifs. Ainsi, les changements sont plus nombreux que leur ligne inchangée ne le laisserait penser. Un style qui reste l’un des points forts des deux voitures, conçues autour de la notion du plaisir de conduire. Des caractéristiques qui se vérifient volant en main, notamment pour la Giulia. La qualité de la plateforme Giorgio et des liaisons au sol repousse loin les limites du véhicule. L’étendue de ses capacités est perceptible dès la prise en mains. Cependant, le contraste entre la qualité de ce comportement routier et le niveau global des prestations offertes dans l’habitacle s’en trouve renforcé.

JPEG - 96.1 ko
© Alfa Romeo.

Une génération de retard

Comme le souligne Alfa Romeo, les remarques des clients ont été prises en considération. En effet, la firme a modifié plusieurs points sur ses deux voitures. Les aides à la conduite ont été augmentées pour revenir au niveau des meilleures concurrentes du segment premium. Un ensemble qui confère aux deux véhicules un niveau 2 de conduite déléguée. Le système d’info-divertissement intègre un écran de 8,8 pouces et une nouvelle interface utilisateur. L’ensemble est placé au centre d’une nouvelle console centrale qui intègre davantage de rangements. L’isolation phonique a été renforcée et le calibrage de la direction a été modifié pour éviter la sensation de ripage à basse vitesse ressentie par les clients. Un phénomène dû à des réglages très sportifs à la base. Malgré tous ces progrès, Giulia et Stelvio peinent à rivaliser avec leurs concurrents. Les deux italiennes possèdent une génération de retard en matière de qualité perçue et de finition. Une sorte de grand écart entre ces prestations moyennes et un comportement routier de très haut niveau.

JPEG - 112.7 ko
© Alfa Romeo.

Gamme simplifiée

L’un des grands changements de ce millésime 2020 concerne aussi la gamme des deux modèles. La filiale française a réduit le nombre de versions disponibles et a revu leur dotation en équipements. « Nous avons privilégié une montée en gamme tout en proposant des finitions mieux équipées », explique Benjamin Courteix, chef de produits Giulia et Stelvio chez Alfa Romeo France. Une réorganisation qui mène de neuf à cinq niveaux de finition. La marque a supprimé au passage la version Business destinée aux entreprises en raison de son insuccès. « Les clients professionnels choisissaient plutôt des modèles Super, Executive ou Sport Edition », justifie Benjamin Courteix. Face au nombre trop élevé d’options et de packs, le constructeur a enrichi les cinq nouvelles finitions. Une stratégie qui simplifie également la gestion des stocks mais qui entraîne une hausse des tarifs. Cependant, ces augmentations doivent être pondérées par le contenu des modèles 2020. Si les tarifs ont grimpé de plusieurs milliers d’euros, l’avantage client est lui aussi élevé. Pour conserver des prix d’attaque raisonnables, Alfa Romeo a introduit le moteur diesel 2,2 l turbo en 136 et 160 chevaux sur les finitions Sprint et Ti de la Giulia. Cette arrivée permet de faire débuter la gamme à 36 700 euros en finition de base avec ce même 2,2 l turbo de 136 chevaux doté de la transmission AT8. Pour le Stelvio, le plus petit niveau de puissance est le 160 chevaux diesel, qui débute à 41 500 euros. Au sommet des gammes diesel, la Giulia est positionnée à 56 500 euros et le Stelvio à 60 900 euros, avec le même 2,2 l de 210 chevaux AT8 Q4 (quatre roues motrices). En essence, la Giulia débute à 40 400 euros (2 l turbo AT8 200 ch) pour atteindre 59 400 euros (2 l turbo AT8 280 ch). De son côté, le Stelvio débute à 50 600 euros (2 l turbo 200 ch AT8 Q4) pour culminer à 62 600 euros (2 l turbo 280 ch AT8 Q4). Les ventes devraient se concentrer pour Giulia sur les finitions Super (36,5 %), Sprint (22 %) et Ti (21 %). Pour le Stelvio, la version Sprint (30,5 %) devance la finition Super (28,5 %) et le niveau Ti (21,5 %). Alfa Romeo ne souhaite pas communiquer en matière d’objectifs de vente mais la marque attend surtout avec impatience l’arrivée du Tonale sur le segment C-SUV.

JPEG - 107.3 ko
© Alfa Romeo.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos