Alphabet (BMW) n’a pas évité l’impact de la crise en 2020

Publié le par

Alphabet a vu son niveau de commandes accuser une légère baisse en 2020, son parc de véhicules se stabilisant aux alentours de 700000 unités. Dans le même temps, la stratégie d’électrification a franchi un cap.

© Alphabet
© Alphabet

« 2020 a été une année difficile pour nous tous », explique Marco Lessacher, président directeur général d’Alphabet International, à l’évocation des résultats annuels du groupe, tout en ajoutant : « Le nombre de commandes en légère baisse est le reflet d’une situation générale bouleversée par la situation sanitaire : les véhicules ont été moins utilisés, ce qui a entraîné une réduction des kilométrages, une augmentation des demandes de prolongations de contrats et une forte demande de flexibilité. Nous avons répondu à cette évolution par des produits très souples, comme AlphaRent, qui permet de louer des véhicules pour quelques jours ou quelques mois, et bien sûr, par un soutien accru à tous les niveaux. Lorsque je regarde ce que nous avons réussi à réaliser pour nos clients, je suis très confiant pour l’avenir ». En légère diminution, le portefeuille total d’Alphabet s’est stabilisé à environ 700000 véhicules en parc, dont près de 100000 en France. Sous l’effet de la pandémie, le volume global de commandes s’est contracté pour s’établir à 206000 unités.

26000 véhicules électrifiés mis à la route en 2020

Par ailleurs, suivant les grandes évolutions du marché, le groupe est monté en puissance sur le front de l’adoption des énergies alternatives. Alphabet a mis à la route 26000 véhicules électrifiés en 2020, soit 34% de plus qu’en 2019. Après cinq ans de progression continue, sa part de marché représente désormais près de 5% des immatriculations LLD de VE/PHEV dans les 13 pays où le loueur dispose de filiales. Le développement de la solution AlphaElectric reste naturellement à l’agenda de 2021 où « une LLD sur cinq concernera un véhicule électrifié ». « La mobilité électrique ne sera pas la seule à marquer l’année à venir. La digitalisation de nos services et la grande flexibilité de nos solutions joueront un rôle crucial pour aider nos clients à affronter l’avenir dans les meilleures conditions », indique encore Marco Lessacher. Alphabet va également poursuivre son internationalisation, après s’être implanté en Australie et en Nouvelle-Zélande par le biais du réseau OneNet, portant sa couverture géographique à 31 pays dans le monde.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos