Covid-19 : Après la réussite de 2019, le groupe VW appréhende 2020

Publié le par

Pendant sa conférence de presse annuelle, le groupe Volkswagen a partagé des résultats satisfaisants concernant l’exercice précédent. Mais puisqu’une année ne fait pas l’autre, le président du directoire anticipe une situation difficile en 2020 à cause du Coronavirus.

Covid-19 : Après la réussite de 2019, le groupe VW appréhende 2020

L’an passé, sur le canal des véhicules particuliers, le groupe allemand constate une hausse pour la majorité de son portefeuille de marques. Le meilleur élève est sans conteste la marque Bentley dont le chiffre d’affaires a progressé de 35,1 % en 2019 et atteint les 2,1 milliards d’euros. La marge d’exploitation de la marque s’améliore à 3,1 % (-18,6 %). Vient ensuite Skoda qui enregistre une croissance de 14,5 % l’an passé et 19,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires. « Un résultat dû, en partie, à l’hypothèse d’une responsabilité régionale pour l’Inde » analyse le groupe Volkswagen. La marge d’exploitation s’établit à 8,4 % contre 8,0 % en 2018. De son côté, Seat est également sur la voie de la progression avec un chiffre d’affaires de 11,5 milliards d’euros, en hausse de 12,7 % par rapport au résultat record de 2018. La marge d’exploitation de la marque s’améliore également à 3,9 % (+2,5 %). Porsche poursuit également sur le chemin de la croissance avec une amélioration du chiffre d’affaires de l’ordre de 10,1 %, soit 26,1 milliards d’euros en 2019 contre 23,7 milliards d’euros il y a deux ans. La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels s’établit à 16,2 % (+17,4 %). Enfin, la marque Volkswagen enregistre un chiffre d’affaires de 88,4 milliards d’euros, soit une petite hausse de 4,5 % par rapport à 2018. La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels est en hausse à 4,3 % (+3,8 %).

En revanche, contrairement à ses homologues, le constructeur aux quatre anneaux Audi voit son chiffre d’affaires reculer pour atteindre les 55,7 milliards d’euros sur l’exercice 2019 contre 59,2 milliards d’euros. « Cela s’explique par la nouvelle répartition des sociétés de vente multimarques du groupe » justifie-t-il. La marge d’exploitation est de 8,1 % (+7,9 %). Notez que les indicateurs de performance financière des marques Lamborghini et Ducati sont intégrés aux résultats financiers de la marque Audi.

Bilan pour les véhicules utilitaires

En 2019, le chiffre d’affaires de Volkswagen Véhicules Utilitaires affiche une certaine stabilité : 11,5 milliards d’euros contre 11,9 milliards d’euros en 2018. L’amélioration des coûts de production a eu un effet positif. La marge d’exploitation atteint 4,4 % (+6,6 %). L’entreprise suédoise Scania Vehicles and Services a enregistré un chiffre d’affaires de 13,9 milliards d’euros l’année dernière contre 13,0 milliards d’euros sur l’exercice 2018. La marge d’exploitation atteint 10,8 % (+ 9,3 %) sur le précédent exercice. Enfin, grâce à la hausse des volumes, le chiffre d’affaires de MAN Véhicules Utilitaires s’élève à 12,7 milliards d’euros en 2019, soit une hausse de 4,6 % par rapport à l’année précédente. Malgré l’impact négatif des dépenses engagées pour la restructuration des activités en Inde, la marque enregistre une marge d’exploitation de 3,2 % (+2,7 %).

Des inquiétudes manifestées pour 2020

Toutefois, si le groupe Volkswagen salue ses performances financières pour l’exercice 2019, un autre défi attend la firme allemande cette année, impactée au même titre que l’industrie automobile par le Coronavirus depuis un mois. « L’année 2020 s’annonce très difficile, avertit Herbert Diess, président du directoire de Volkswagen. Avec la pandémie du coronavirus, nous sommes confrontés à des enjeux opérationnels et financiers inconnus. Sans compter les impacts économiques durables de cette crise sans précédent. Pour la surmonter, nous devons unir nos forces, coopérer étroitement et garder un moral d’acier au sein de notre groupe ». Depuis le début de la semaine, plusieurs constructeurs européens ont pris la décision d’arrêter temporairement leurs productions et de fermer leurs usines afin de limiter le contact entre les collaborateurs. Du retard est donc à prévoir sur les lignes de production. Il faudra néanmoins attendre quelques mois avant de pouvoir évaluer les conséquences de l’épidémie sur les résultats de chaque écurie automobile.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche
EVENEMENT A LA UNE