Après-vente automobile en 2025 : croissance en valeur et baisse en volume

Publié le par

À l’horizon 2025, le nombre d’entrée atelier pourrait baisser de 0,5 % mais le prix moyen devrait augmenter de 2 %.

Après-vente automobile en 2025 : croissance en valeur et baisse en volume

La traditionnelle étude prospective sur l’après-vente automobile menée par TCG Conseil pour la branche des concessionnaires VP du CNPA a été révélée ce jour, mercredi 16 janvier, à Paris.

L’étude 2013-2018 démentie par la conjoncture et la transition énergétique

Malgré sa grande valeur et les points prospectifs très intéressants qu’elle dresse pour les services automobiles dans les années à venir, cette étude est une projection qui peut être remise en cause en fonction des variations conjoncturelles qui ont été importantes au cours des deux années passées. En effet, la précédente étude 2013-2018 a été en partie démentie sur plusieurs aspects. Notamment au niveau de la baisse du kilométrage attendu et du vieillissement du parc roulant. Nous sommes aujourd’hui sur une dynamique contraire avec un kilométrage moyen qui progresse de 1,6% et un parc qui se rajeunit sous l’effet de la prime à la casse, tandis que cette même étude 2013 donnait un signal d’alarme aux réseaux de marque susceptibles de perdre de nombreuses parts de marché sur les réparateurs indépendants. Ce qui n’a pas été le cas.

Évidemment, le contexte actuel de transition énergétique vers l’électrique et l’hybride, les nouvelles mobilités et habitudes de consommation de l’automobiliste et, enfin, la nouvelle homologation WLTP ont profondément modifié le rapport de force et l’évolution de l’après-vente automobile qui étaient attendus initialement.

Six critères

L’étude 2019 de TCG Conseil porte sur les segments de la réparation. A noter qu’elle est également basée sur une étude auprès de 1 600 clients automobilistes. Le cabinet a pris en compte six critères pour appréhender l’évolution de l’après-vente en 2025. Le parc roulant tout d’abord (en croissance de 2,6 %), le kilométrage moyen du parc VP (en progression de 1,6%). Mais aussi l’entretien annuel des véhicules recommandé par la plupart des constructeurs, la fiabilité des véhicules de 10 ans et plus qui s’améliore, la réforme du contrôle technique qui impose plus de de contre-visites (+ 8 %), la diminution de part des pneus hiver (- 10 à 11 %) au profit des pneus toutes saisons. Et, enfin, les technologies des véhicules hybrides et électriques qui engendrent moins d’opérations de remplacement de pièces d’usure et moins de réparations mécaniques.

Un parc VP en hausse de 2,6 %

Au regard de l’ensemble de ces critères, le cabinet imagine un parc VP roulant en hausse de 2,6 % à l’horizon 2026 par rapport à 2017 pour un total de 33,2 millions d’unités. À noter la progression de deux points des véhicules de moins de quatre ans. Ce parc serait composé de véhicules essence (53,2 % contre 36,9 % en 2017) et de 36,6 % de diesel (61,6 % en 2017) qui poursuivrait sa forte chute. Côté hybride et électrique, le cabinet anticipe respectivement des pénétrations de 7,1 et de 2,7 % contre 0,9 et 0,2 % aujourd’hui. Au niveau du kilométrage moyen, l’étude imagine un léger accroissement où assez logiquement plus le véhicule vieillit moins il est utilisé (13 470 km/an en moyenne pour le VP).

Baisse de 0,5 % du marché de l’après-vente en volume

Au niveau des volumes de l’après-vente automobile, TCG Conseil anticipe une baisse de 0,5 % du marché par rapport à 2016. Une évolution qui est liée à la chute attendue du nombre de réparations. L’entretien, en revanche, progresserait de 4,3 %, les réparations seraient à la baisse (- 11,%) tandis que les pneus évolueraient à la hausse (2,3 %).

Prix moyen d’une entrée atelier : augmentation de 2 %

La bonne nouvelle pour les professionnels viendrait du prix moyen d’une entrée atelier qui augmenterait de 2 % entre 2016 et 2025 pour un tarif de 280 euros contre 275 euros en 2016.

Un marché de l’après-vente en croissance de 1,6 %

Ces projections en volume montrent un marché en croissance de 1,6 % en valeur pour un total de 14,024 milliards d’euros contre 13,804 milliards en 2016. TCG Conseil anticipe une hausse de 0,9 % pour l’entretien, de 1,6 % pour la réparation, et de 3 % pour les pneumatiques à l’horizon 2025.

Véhicules électriques : faible incidence sur le SAV

L’émergence des véhicules électriques aurait un faible impact sur l’après-vente automobile en raison notamment de leur faible pénétration dans le parc roulant. En revanche, au niveau des marques, TCG Conseil pense que les impacts seront importants avec 300 000 opérations générées en moins pour les réparations, soit 50 % de revenus en moins par opération d’entretien. En revanche, on peut s’attendre à une croissance de 65 000 opérations au niveau des pneumatiques.

Un marché favorable aux réseaux de marque

En termes de parts de marché, les réseaux de marque pourraient profiter de cette évolution grâce notamment aux produits de fidélisation via la LOA et la télématique embarquée. L’étude montre que leur part de marché pourrait passer de 40,4 % en 2016 à 42,6 % en volume en 2025. Tandis qu’en valeur celle-ci serait stable à 46,8 % ce qui tendrait à démontrer l’offensive des réseaux des marques au niveau des prix par rapport aux indépendants. Une évolution qui dément la précédente étude qui voyait les réseaux de marque en fort déséquilibre par rapport aux MRA.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos