Artcurial Motorcars s’est adapté à 2020

Publié le par

Le marché du véhicule de collection a dû s’adapter à la crise sanitaire. Artcurial Motorcars, division spécialisée de la maison de ventes aux enchères, termine cette année particulière sur un chiffre d’affaires proche de 40 millions d’euros.

Crédit photo : Rémi Dargegen/Artcurial
Crédit photo : Rémi Dargegen/Artcurial

Le monde du véhicule de collection a dû lui aussi s’adapter à la crise sanitaire en cette année 2020. Les maisons de ventes aux enchères ont fait leur révolution digitale pour s’adapter aux multiples contraintes imposées par le coronavirus. Le monde des enchères était déjà internationalisé mais les ventes ont dû se dématérialiser. La vidéo est devenue courante pour mettre en valeur les véhicules et scénariser les vacations. Une évolution à laquelle s’est prêtée volontiers Artcurial Motorcars et son équipe déjà bien rodée en matière de communication. L’année s’est terminée sur une ultime vente au début du mois de décembre pour la maison de ventes parisienne. Un événement auquel ont pu participer quelques collectionneurs au sein de l’Hôtel Dassault, sur les Champs-Elysées. Les autres enchérisseurs ont pu assister à la vente en vidéo, grâce à une présentation en direct des véhicules par le duo Matthieu Lamoure et Pierre Novikoff. Avec un résultat légèrement supérieur à 2 millions d’euros, cette vacation a vu notamment la vente d’une AC Bristol Ace en état d’origine, pour un montant de 369 520 euros. « Malgré le climat compliqué en 2020, cette cinquième vente clôture une année très dynamique, soutenue, remplie de collections, de découvertes et de records, ce qui permet à Artcurial Motorcars de rester leader sur son marché en Europe continentale avec près de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires » souligne Matthieu Lamoure, directeur général d’Artcurial Motorcars. Si l’année a eu son lot de pépites, le marché est resté quelque peu timide. Ainsi, l’un des lots majeurs de cette dernière vente n’a changé de mains que le lendemain de la vacation, dans le cadre d’une négociation d’après-vente. Cette Mercedes 300 SL de 1955, valeur sûre du monde de la collection a trouvé un nouveau propriétaire pour 935 000 euros. Une somme intéressante pour une voiture qui s’échangeait couramment jusqu’à présent au-dessus du million d’euros.

Ralentissement du marché

La crise du coronavirus est arrivée au moment où le marché de la collection connaissait un ralentissement, après des années de croissance. Une étape sans doute bienvenue pour assainir un marché parfois surévalué. Cette pause devrait permettre un nouveau départ, peut-être plus sain. En attendant, Artcurial Motorcars et ses concurrents préparent déjà l’année 2021 avec de nombreuses ventes intéressantes, à l’image de la Matra MS670 victorieuses des 24 Heures du Mans 1972, qui sera mise en vente au mois de février prochain à Paris.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos