Arval muscle sa logistique VO

Publié le par

Arval muscle sa logistique VO

Arval France, qui a vendu près de 47 000 véhicules d’occasion en 2008 dont 60 % à marchands et 32 % aux enchères, renforce sa logistique VO en acheminant ses modèles arrivés en fin de contrat de LLD vers l’un de ses deux centres franciliens de traitement de VO : TEA à Fleury-Mérogis (91) et Wallon à Mitry-Mory (77).

De la nécessité d’être compétitif

« Notre volonté de transparence et de diminution des coûts d’acheminement nous permet de proposer à nos marchands une procédure gagnant-gagnant : ils achètent en toute connaissance de cause avec la photo expertise et ils réduisent les frais de rapatriement des véhicules qu’ils ont acquis », justifie Christophe Delivet, directeur VO d’Arval (sur la photo), avant d’ajouter : « L’ouverture de ces centres de stockage et de traitement va améliorer la fluidité de nos ventes et de véhicules en fin de contrat. C’est l’un des éléments essentiels de notre métier de loueur et l’une des clés pour rester compétitif ».

Améliorer la revente à marchands

De fait, les objectifs de cette nouvelle procédure sont multiples pour Arval : faire gagner du temps aux acheteurs, signaler les dommages éventuels de façon neutre (Dekra Expert et Macadam) et accroître la transparence vis-à-vis des clients locataires. Arval revend aussi une partie de ses véhicules à particuliers sur ses centres en propre Autovalley situés à Guyancourt (78), Courcouronnes (91) et Rennes (35).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos