Auris II : Toyota débride son offre hybride

Publié le par

L’Auris seconde génération va permettre au constructeur japonais de booster une offre hybride qui devrait générer plus de 30 % de ses ventes en France dès 2013.

Auris II : Toyota débride son offre hybride

Avec son parc roulant de 54 000 véhicules en circulation en France, l’Auris est un des best-sellers de Toyota au sein de l’Hexagone. Long de 4,275 mètres, ce modèle se positionne sur le segment M1 des berlines compactes et représente quelque 13 % des immatriculations du marché tricolore. Proposée d’emblée en version berline 5 portes, puis en version break (Touring Sport) à partir de la mi-2013, l’Auris de seconde génération va débarquer dans les showrooms dès la fin décembre et sera commercialisée au début du mois de janvier. Objectif de cette dernière : être distribuée dès l’an prochain à raison de 9 000 exemplaires côté berline, mais aussi à 2 000 unités dans sa définition break. Ce volume de 11 000 livraisons lui permettrait de décrocher un taux de pénétration de 3,8 % sur le segment M1. L’Auris est en concurrence frontale avec la Renault Megane, la Peugeot 3008, la Citroën C4, ou encore la Volkswagen Golf.

La version hybride devrait représenter 70 % des ventes

Lancé sur la base d’une tarification inchangée et fabriqué en Europe pour l’Europe, ce produit dont le poids a été réduit de 50 kg doit permettre à Toyota de continuer à déployer la technologie hybride. L’Auris II est disponible d’entrée de jeu en trois types de motorisation (créditées de taux moyens de consommation allant de 3,8 l/100 km à 5,9 l/100 km), dont un hybride de 1,8 litre qui devrait conquérir 70 % des futurs acheteurs ! Cela, au regard des 27 % qui opteront pour le diesel (de 1,4 l et de 2 l), et des 3 % qui feront le choix d’une voiture équipée d’un 1,33 litre essence. Les deux tiers de ceux qui feront l’acquisition d’une motorisation diesel porteront leur dévolu sur un 2 litres.
Précision : l’Auris est la seule automobile du segment M1 à disposer d’un moteur hybride. Qui plus est, son moteur à essence 1,8 litre VVT-i et son moteur électrique du système HSD (capables de fonctionner indépendamment) développe une puissance utile conjuguée de 136 ch… Cerise sur le gâteau, ce véhicule est un des moins polluants de sa catégorie. Réduit de 13 %, son taux moyen d’émission de CO2 est fixé à 109 g/km. Il descend à 87 grammes sur sa version hybride. Enfin, son taux d’émission de NOx et de particules semble quasiment nul.

Niveaux de finition, prix, cibles de clientèle

Disponible en dix coloris, l’Auris II est proposée en trois niveaux de finition et d’équipements : les représentants de la marque parient que le premier (Active) générera 5 % de ses ventes, contre 60 à 65 % via le second (Dynamic), ou 25 à 30 % pour le dernier et plus luxueux (Style). Toyota considère que sa dernière née doit conquérir une clientèle composée à 55 % de particuliers et à 45 % d’entreprises… Elle mise pour cela sur une tarification compétitive qui débute à hauteur de 17 500 euros TTC pour une Active équipée d’un moteur essence de 1,33 litre VVT-i, puis grimpe à un maximum de 26 600 euros TTC pour une hybride Style équipée d’un moteur de 1,8 litre… Il convient d’ajouter que sa version hybride bénéficie d’un bonus correspondant à 10 % de son prix de base (facturation des équipements inclus), ce qui ramènerait le dernier cité à hauteur de 22 200 euros environ. Pour expliquer l’importance de son ambition à destination des flottes des sociétés, le constructeur évoque cet avantage fiscal ou encore des frais d’utilisation minorés de quelque 25 % pour sa version vedette pour un usage sur trois ans. Il stipule par ailleurs la force des valeurs résiduelles importantes, puis considère avoir accru sa proposition globale par la mise en place d’une gamme Business de six véhicules. Cela, au moment même où 35 concessions du réseau vont ouvrir des Business Centers.

Une offre de LLD

Côté particuliers, Toyota annonce la mise à disposition d’une formule de location de longue durée de trois ans. Tarifiée 229 euros TTC/mois, elle comprend l’assurance, l’assistance et l’entretien des voitures. De plus, cette même offre est éligible aux entreprises pour un coût de 350 euros TTC. De quoi faire la différence ?

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos