Automobile : un secteur résilient et clé pour l’économie française

Publié le par

D’après l’étude Market Monitor Automobile d’Atradius, menée dans les principaux marchés mondiaux, l’industrie automobile mondiale a globalement continué à afficher de très bons résultats en 2016 et 2017. Les perspectives à court terme restent favorables, et ce malgré le scandale du dieselgate.

Automobile : un secteur résilient et clé pour l'économie française

Selon cette étude, les principaux risques menaçant le secteur sont le protectionnisme et les limitations au libre-échange américains. Cependant, les problèmes environnementaux croissants et les orientations politiques vont conduire à une demande de plus en plus forte en véhicules hybrides et électriques pour laquelle la course concurrentielle à l’innovation a déjà commencé. Selon l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), l’année 2016 a vu augmenter la production française de véhicules de 5,6 % et les ventes de véhicules neufs et les immatriculations domestiques de 5,7 % grâce à la hausse de la demande domestique et internationale.

Le second secteur manufacturier en France

À noter qu’avec plus de 101,5 milliards d’euros de revenus, l’automobile est le second plus important secteur manufacturier français, derrière l’agroalimentaire. De plus, l’automobile représente 11,7 % du chiffre d’affaires du secteur manufacturier français, et encore 200 000 emplois même si ce chiffre a diminué au cours des dix dernières années en raison de l’automatisation et des délocalisations de la production à l’étranger. Enfin, l’automobile se caractérise par une forte concentration avec 80 % des revenus du secteur attribués à PSA et Renault.

La montée en puissance des véhicules hybrides et électriques

Le marché du véhicule électrique est en forte croissance avec, au premier semestre 2017, un total de 16 159 immatriculations, soit + 7,24 %, porté par le succès de la dernière version de la Renault Zoé. Le segment de l’hybride rechargeable poursuit sa croissance et enregistre pour le deuxième mois consécutif un record mensuel de ventes. L’innovation est au cœur de la course concurrentielle dans ce segment.

Baisse du prix des matières premières

En 2016, les marges des sous-traitants automobile ont bénéficié de la baisse des prix des matières premières. Cependant, cette tendance positive devrait s’essouffler en 2017, car les prix des métaux devraient à nouveau augmenter en raison d’une diminution des capacités mondiales de production.

Un niveau de faillites et des délais de paiement corrects

Le délai de paiement moyen du secteur est de 60 jours (fin de mois). Ainsi, les paiements sont plutôt rapides et il y a peu de retards prolongés. En 2017, le nombre de faillites devrait diminuer de 5 %, donnée encourageante pour les entreprises du secteur.

L’étude est disponible en suivant ce lien.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos