BMW Group France en léger recul en 2018

Publié le par

BMW Group France a vendu 84 931 véhicules dans l’Hexagone en 2018, soit une baisse de 3,2 % par rapport à 2017. Un résultat qui additionne une hausse de 3,6 % pour Mini et un recul de 6,2 % pour BMW.

BMW Group France en léger recul en 2018

BMW Group France n’a pas échappé à la tendance qui a touché tout le segment premium en 2018. La filiale a vendu 84 931 véhicules neufs, soit une baisse de 3,2 % sur un segment premium qui a reculé de 8 %. Ce résultat est la synthèse d’une hausse de 3,6 % pour la marque Mini et d’une baisse de 6,2 % pour BMW. En dépit de cette chute, la part de marché de la marque a augmenté de 0,5 % pour atteindre 25,5 %. De son côté, la marque Mini a poursuivi sa progression pour la quatrième année consécutive, avec un total de 27 378 immatriculations (+ 3,6 %).

Au sein des deux marques, la part des modèles électrifiés a augmenté de 26,3 %, pour atteindre un total de 5 726 voitures, soit 7,6 % des ventes globales de la filiale. Sur ce nombre, la BMW i3 a représenté 2 415 immatriculations, soit une hausse de 23,6 %. Ce résultat lui offre la troisième place sur le podium des voitures électriques les plus vendues en France. Chez Mini, le Countryman SE s’est positionné au deuxième rang des hybrides rechargeables dans l’Hexagone avec 1 332 unités.

Succès des X et xDrive

L’année 2018 a vu l’arrivée de plusieurs nouveaux SUV comme le confirme Vincent Salimon, président du directoire de BMW Group France. « Nous avons lancé 13 nouveaux modèles parmi lesquels les nouveaux X2, X4 et X5. Le succès de cette gamme à forte valeur ajoutée perdure et représente aujourd’hui près de 45 % de nos ventes ». Au-delà des SUV, les clients BMW apprécient de plus en plus la transmission intégrale puisqu’il s’est écoulé 19 003 modèles dotés du système xDrive en 2018. Cependant, la marque conserve des amateurs de sportivité puisqu’il s’est vendu 794 voitures de la marque BMW M, qui s’étend de la M2 au X6M. 

Bons résultats en après-vente

Si les volumes ont fait défaut en 2018 en matière de vente VN, l’après-vente s’est mieux comportée. Près de 90 techniciens ont été recrutés dans le réseau, ce qui porte leur nombre à 1 150. Un accroissement en lien avec la stratégie globale de la marque, qui a investi 12 millions d’euros pour agrandir le centre logistique de pièces de rechange de Strasbourg. Ce dernier traite déjà 4 millions de lignes de commande par an et devrait connaître une hausse de 40 % d’ici à 2023. En 2018, le chiffre d’affaires de l’activité pièces et accessoires en France a augmenté de 6,2 %. Un résultat qui allie une hausse de 7,4 % pour les pièces et une augmentation de 8,1 % pour les pneumatiques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos