Baidu intègre « The place to be » des véhicules autonomes

Publié le par

Le groupe chinois Baidu vient d’obtenir l’autorisation des autorités californiennes (États-Unis) pour tester des véhicules autonomes sans chauffeur en conditions réelles. C’est seulement le sixième groupe à obtenir ce précieux sésame.

© DR / Apollo Auto Baidu
© DR / Apollo Auto Baidu

Le géant chinois Baidu vient d’annoncer qu’il avait obtenu les autorisations du Département des véhicules motorisés de Californie pour tester des voitures autonomes en conditions réelles. Avec AutoX, Cruise, Nuro, Waymo et Zoox, Baidu est le sixième groupe à pouvoir réaliser des tests dans une configuration 100 % autonome. En effet, une cinquantaine d’autres entreprises ont le permis de tester des voitures autonomes en Californie, mais toujours en présence d’un conducteur à bord.

En septembre 2020, Baidu avait profité de son congrès de développeurs pour démontrer qu’il maîtrisait parfaitement le niveau 4 d’autonomisation de la conduite. Dans la foulée, en fin d’année, les autorités chinoises avaient donné le droit au groupe de tester ses véhicules autonomes sur routes ouvertes en Chine. Par exemple, la ville de Pékin accueille en test grandeur nature cinq modèles Apollo autonomes, qui sont des versions dérivées de Lincoln MKZ et de Chrysler Pacifica.

« Safety first » rassure Baidu

En Californie, Baidu va pouvoir mettre à la route trois voitures autonomes dans les zones autorisées de la ville de Sunnyvale (Santa Clara). Le groupe précise que les véhicules sont bridés, mais qu’en dehors de conditions météorologiques exceptionnelles, ils peuvent rouler de jour comme de nuit.

Dans la course au véhicule autonome de niveau 4 ou 5, le summum, c’est donc une avancée importante, notamment sous l’angle de la collecte de données liées à l’élimination progressive de toute intervention humaine à bord. D’une manière générale, Baidu s’intéresse de plus en plus au marché automobile, comme en témoigne la récente annonce de développer des véhicules électriques avec Geely, groupe dirigé par Li Shufu et qui chapeaute Volvo, Polestar, Lynk & Co, Lotus, Proton, sans oublier une participation dans Daimler. Des mouvements à prendre très au sérieux quand on sait que des groupes de l’envergure de Tencent ou Blackberry, par exemple, font aussi partie de l’attelage.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos