Baisse du diesel : Bercy propose un plan d’action pour accompagner la filière

Publié le par

Un plan d’action composé de quatre leviers a été établi pour limiter l’impact sur l’emploi.

Baisse du diesel : Bercy propose un plan d'action pour accompagner la filière

Suite à la réunion à Bercy hier, lundi 11 mars, à laquelle ont participé des constructeurs automobiles, des équipementiers, des présidents de régions et des représentants syndicaux, le ministère de l’Économie a publié un communiqué dans la foulée pour annoncer un plan d’action pour aider l’ensemble de la filière à réaliser cette transformation brutale et inédite pour l’industrie automobile.

Luc Chatel s’emporte contre l’électrique

Une réunion au cours de laquelle Luc Chatel, président de la PFA, a tapé du poing sur la table en déclarant : « Le retard pris par le déploiement des bornes de recharge est critique : à quoi bon mettre des véhicules électriques sur le marché s’il n’y a pas de borne pour les recharger ? Il nous faut un plan d’urgence. »

En réponse à cette urgence, Bruno Le Maire a appelé à « la mobilisation générale pour accompagner les évolutions de la filière automobile ». Concédant que « cette dernière fait face à une révolution sans précédent en raison des objectifs ambitieux fixés au niveau européen pour réussir la transition écologique et énergétique ».

Les contours de ce plan d’action paraissent aujourd’hui assez vagues et déconnectés de l’urgence économique que la filière diesel pourrait connaître dans les mois à venir. Un chef de projet sera toutefois désigné au sein du ministère de l’Économie et des Finances dans les quinze jours tandis qu’une seconde réunion, sur le même format, devrait avoir lieu dans les trois mois.

Quatre points ont été retenus à l’issue de cette réunion :

- mise au point d’une cartographie précise des sites industriels menacés par l’évolution des motorisations et assurer leur suivi ;
- renforcement du nombre d’entreprises répondant à l’appel à projet « Innovation et diversification d’entreprises spécialisées dans le diesel », doté de 18 millions d’euros, ouvert jusqu’au 12 juin et insuffisamment utilisé ;
- lancement d’une étude scientifique sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2), d’oxyde d’azote (NOx) et de particules fines en conditions réelles des véhicules récents tant diesel qu’essence ;
- mise en place d’un groupe de travail pour attirer le plus grand nombre de sites industriels de la filière dans le dispositif État-régions permettant d’accompagner 10 000 entreprises vers l’industrie du futur.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos