Beau mois de mars pour le marché VO

Publié le par

Selon les données fournies par AutoScout24, le marché du véhicule d’occasion confirme son dynamisme au mois de mars, avec une hausse de 15,6 % par rapport à 2019, qui constitue une base de référence plus fiable que le mois de mars 2020, marqué par le début du premier confinement.

Crédit photo : Auto Infos
Crédit photo : Auto Infos

Si le marché du véhicule neuf marque le pas depuis le début de l’année 2021, il n’en est pas de même pour le véhicule d’occasion. Ainsi, selon les données fournies par AutoScout24, le mois de mars 2021 s’est terminé sur une hausse de 78 % par rapport à l’année dernière. Une forte augmentation qui n’est pas représentative, en raison du début du premier confinement en mars 2020. En se basant sur le mois de mars 2019, la hausse du marché atteint tout de même 15,6 %, soit une belle progression par rapport à un marché qui se portait déjà bien à l’époque. Il s’est échangé 587 414 véhicules en ce mois de mars, contre 329 389 en 2020 et 507 982 en 2019. Depuis le début de l’année, le marché est donc en hausse de 18,2 % par rapport aux trois premiers mois de 2020 et de 10,8 % par rapport au premier trimestre 2019. Dans le même temps, le marché du véhicule neuf affiche une augmentation de 21,1 % par rapport au premier trimestre 2020 mais une chute de 20,2 % par rapport à 2019. Le décalage énorme entre l’année actuelle et l’année passée rend difficile toute comparaison directe. Cependant, AutoScout24 s’est attaché à relever l’évolution des parts de marché de chaque marque au mois de mars.

Les français perdent du terrain

Le décalage important entre l’année actuelle et l’année passée offre de belles progressions à toutes les marques. Des hausses parfois en trompe-l’œil. Pour tirer un bilan de ce mois, AutoScout24 a donc seulement retenu les évolutions de parts de marchés. Ainsi, les marques françaises reculent, à l’exception de DS Automobiles, qui voit sa part de marché augmenter de 13,84 %. Au contraire, Renault baisse de 3,5 %, Peugeot recule de 2 % et Citroën régresse de 2,86 %. Au-delà des constructeurs français, les marques premium restent toujours aussi solides sur le marché du VO. Avec 25 036 transactions en mars, Audi voit sa part de marché augmenter de 7,43 %. Les clients ont aussi apprécié les BMW, puisque 24 851 véhicules de la marque ont changé de mains, soit une évolution de parts de marché de 5,35 %. Enfin, Mercedes enregistre une hausse de sa part de marché de 8,71 %, avec 23 399 transactions. De son côté, Mini progresse également, avec 8 435 véhicules échangés, soit une hausse de 10,10 %. Volvo augmente aussi ses transactions, avec 3 834 véhicules échangés et une part de marché améliorée de 9,69 %. Enfin, Porsche réalise un beau mois de mars sur ce marché, avec une hausse de 27 %, pour 3 667 transactions.

Manque de jeunes occasions

Le marché par tranches d’âges se traduit par une baisse de 28,51 % de la part de marché des voitures d’occasion de moins d’un an. L’offre est en effet toujours aussi réduite, ce qui explique ce recul important. Les véhicules d’un an se maintiennent, avec une part de marché en hausse de 1,43 %. Les voitures de deux à cinq ans restent toujours le cœur du marché, avec 158 347 transactions et une part de marché en hausse de 11,27 %. Au contraire, la tranche d’âge de six à dix ans recule de 4,51 %, notamment en raison de la forte représentation de diesel dans cette catégorie, moins recherchés aujourd’hui par certains clients. Enfin, les tranches d’âges de onze à quinze ans et de seize ans et plus progressent respectivement de 1,55 % et 4,65 %. Si le diesel recule de manière globale, avec une baisse de 3,8 % en parts de marché, ce type de motorisation représente toujours 56,4 % des transactions globales. Au contraire, les véhicules électrifiés se révèlent toujours plus dynamiques, avec une hausse de 84 % pour les hybrides et de 107 % pour les électriques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos