Bilan du Mondial de l’automobile d’occasion

Publié le par

Dans un contexte difficile, les professionnels du VO ont battu le pavé !

Bilan du Mondial de l'automobile d'occasion

Depuis 44 ans, l’exposition VO du salon de l’automobile fait partie intégrante de la grand-messe mondiale consacrée aux nouveautés et modèles neufs. Organisé par le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), le mini-salon de l’occasion, situé au Hall 7 de la Porte de Versailles, a réuni, cette année, 25 professionnels (Marani-Havard, American Car City, Pax Automobiles, Neubauer, Merino Sporting, Espace Central auto, etc.) venus exposer 400 VO sur 5 000 m2. Leur point commun ? Une motivation quasi désespérée à vendre leurs occasions dans un contexte difficile et, surtout, à aller au-devant de clients toujours plus rares dans les showrooms.

Sur fond d’attentisme confirmé, ils ont commercialisé environ 400 voitures (une rotation). De quoi rentrer dans leurs frais avec les retombées post-Mondial. « Avec un investissement de 10 000 euros, l’idéal aurait été de vendre trois fois le nombre de VO exposés contre une fois et demie. Mais cela reste rentable  », témoigne Jean-Michel Viglione, chef des ventes VO de Cab Nation, qui se souvient de cette Ford Mondeo partie à 22 heures lors de la première nocturne au bout de 2 heures de négociation… « C’est un moyen de faire tourner les stocks », concède-t-il. Présent pour la septième fois, Hervé Vallet, dirigeant d’American Car City, a déboursé 80 000 euros entre l’édition de catalogues, les salaires, les frais de restauration et, évidemment, le stand de 20 modèles pour se faire connaître. « C’est une vraie publicité pour mon garage qui vend des voitures américaines à Corbeil-Essonnes (91) depuis 14 ans. C’est une niche, donc nous avons de vrais retours », confie le patron, qui a commercialisé 19 véhicules dont certains tarifés quelque 50 000 euros !

Viaxel, partenaire de l’opération, a financé environ 150 dossiers pour un montant moyen de 14 000 euros. « Les acheteurs avaient moins d’apports pour les modèles à petits prix et une partie d’entre eux s’est portée sur des véhicules récents », explique Sandrine Sikora, directrice de zone chez Viaxel, qui a commercialisé beaucoup de produits périphériques comme l’entretien-réparation et la protection capital auto. « Nous avons collecté beaucoup de données que nous entendons bien exploiter », affirme enfin Philippe Boite, dirigeant de Pax Automobiles, qui expose depuis 1982 ! «  Ce salon nous permet de battre le pavé », conclut ce concessionnaire aguerri qui écoule 500 VN/an à Saint-Cloud (92).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos