Bilan du Salon de l’Auto d’Occasion

Publié le par

Près de 350 véhicules d’occasion ont trouvé preneurs entre le 29 avril et le 9 mai dernier à l’exposition nationale automobile qui s’est tenue au Pavillon 6 de la Foire de Paris.

Bilan du Salon de l’Auto d'Occasion

Durant 15 jours, concessionnaires et marchands issus de la Région parisienne ont fait tourner leurs équipes, leurs produits et leurs méninges pour présenter les véhicules d’occasion les plus en phase avec la clientèle hétéroclite du désormais historique salon de l’auto d’occasion de la Foire de Paris. Une vingtaine d’exposants a investi le Pavillon 6 du parc des expositions de la Porte de Versailles, mis à leur disposition par la direction du développement et de la prospective du Conseil National des Professions de l’Automobile. Dans un contexte économique difficile, les professionnels que nous avons interrogés dimanche, à quelques heures du remballage des (gros) cartons, avaient plutôt le sourire. Près de 350 véhicules ont été vendus.

Le prix, le prix, le prix !

Premier constat : le résultat est égal voire légèrement supérieur à celui de l’édition 2009. À l’instar de cette dernière, ce sont les petites voitures dont les prix oscillent entre 10 000 et 12 000 euros qui sont parties. Mais aussi les modèles atypiques et les occasions récentes très recherchées comme la Peugeot 3008 dont Patrick Berge, dirigeant de Soneco à Grigny (Essonne), s’est fait la spécialité. « Nous en avons vendu sept exemplaires sur un total de 16 ventes, le reste étant plutôt des produits qui sortent de l’ordinaire et beaucoup de boîte automatique avec un panier moyen de 17 000 euros. Trois clients ont souscrit un financement* », explique-t-il. Selon ce marchand, ce n’est pas tant la crise qu’Internet qui brouille les pistes et l’attractivité de ce genre de show. «  Les gens recherchent le prix, le prix et le prix. Mais je ne suis pas venu ici pour déstocker, j’ai préparé cette exposition en amont en achetant les voitures que je voulais y commercialiser », poursuit ce fidèle exposant dont l’entreprise vend 700 VO par an qui a déboursé (logistique, ressources humaines, emplacement de 144 m2…) environ 25 000 euros pour l’événement. Non loin de son stand, les différentes concessions du groupe Nation - un fidèle du Salon depuis sa première édition en 1981 - annexaient à elles seules la moitié de l’espace imparti !

Des ventes et des retombées

« Nous avons exposé 80 véhicules et en avons vendu un peu plus de 160. Même si l’idéal consiste à commercialiser trois fois plus de véhicules que le volume exposé, nous sommes satisfaits compte tenu de la conjoncture. Cette Foire 2010 s’avère même meilleure sur le plan commercial que l’édition 2009. Nous avons proposé tous types de produits à différents prix avec un panier moyen autour de 12 500 euros. 30 % des modèles ont été vendus avec un financement* », témoigne Max Havard, actionnaire et co-dirigeant du groupe avec Vincent Marani sous la présidence de Joseph (Marani). Au total, il a investi 150 000 euros pour rayonner sur une bonne partie du Pavillon 6 de la Foire (15 et 20 vendeurs affectés à tour de rôle, camions d’approvisionnement, stocks tampons, emplacements etc.). Outre les ventes réalisées, Max Havard mise sur les retombées post-salon. « Dans les prochains week-ends, on retrouvera dans nos showrooms les clients que l’on aura vus pendant ces 15 jours. C’est très porteur », assure ce professionnel qui a quand même vendu, pour l’anecdote, un Nissan Navara à un viticulteur de Reims. Preuve que la clientèle de cette manifestation printanière qui fonctionne au coup de cœur réserve toujours des surprises. « Les gens ont envie d’acheter », constate Max Havard qui écoule, par ailleurs, 15 000 VO par an.

* Viaxel était, cette année pour la prmeière fois, partenaire du Salon de l’Auto d’occasion.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos