Bosch soupçonné d’avoir aidé Volkswagen à frauder

Publié le par

L’équipementier, qui a fourni à Volkswagen les boîtiers de gestion électronique des moteurs diesel incriminés dans le scandale de la fraude aux niveaux d’émissions, se trouve aujourd’hui accusé d’avoir aidé en pleine conscience le groupe à falsifier les résultats de ses tests anti-pollution.

Bosch soupçonné d’avoir aidé Volkswagen à frauder

Presque un an après son déclenchement, l’affaire des moteurs truqués Volkswagen n’a pas cessé de faire des vagues, qui atteignent aujourd’hui Bosch. L’équipementier est en effet accusé par les avocats des clients américains propriétaires de véhicules du groupe Volkswagen d’avoir participé consciemment et activement à la fraude aux tests anti-pollution des modèles Volkswagen dotés de certains moteurs diesel. Et ceci, en élaborant le logiciel de gestion moteur incriminé ainsi que le dispositif permettant de le rendre invisible aux yeux des autorités de contrôle. Selon ces avocats, l’équipementier aurait commencé à la mise au point de ce logiciel dès 1990 et il s’avère donc impensable que Bosch n’est pas été au courant des agissements de Volkswagen.

Bosch ouvre une enquête interne

Pourtant, seulement quelques jours après la révélation de l’affaire, l’équipementier allemand rappelait dans un communiqué de presse qu’il ne pouvait être tenu pour responsable des modifications que ses clients, les constructeurs, appliquent aux logiciels de gestion moteur de base qu’il fournit.

L’affaire est donc loin d’être classée et Bosch, suite à ces accusations, a annoncé qu’une enquête interne était en cours afin de déterminer le rôle potentiel de ses équipes à l’élaboration du logiciel incriminé. Volkswagen n’a quant à lui émis aucun commentaire.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos