Bridgestone va officiellement fermer son usine à Béthune

Publié le par

L’usine de pneumatiques Bridegestone installée à Béthune (62), dans le Nord-Pas-de-Calais depuis 1961, emploie près de 900 personnes.

© Bridgestone
© Bridgestone

La nouvelle est tombée. À l’issue d’une réunion regroupant les dirigeants de l’usine et les syndicats, la ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a officialisé publiquement, devant un parterre de journalistes, la fermeture prochaine du site : « Bridgestone a fermé la porte. Bridgestone quitte le site de Béthune mais nous, nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions possibles ».

En proie à des difficultés financières depuis plusieurs années, le manufacturier de pneumatiques japonais avait annoncé le 16 septembre dernier, la fermeture de son usine de pneumatiques située à Béthune (62). Le 20 septembre dernier, au cours de l’émission « Le Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCL, la ministre de l’Industrie avait annoncé qu’un « accord de méthode » avait été signé entre la direction de Bridgestone et les salariés de l’usine garantissant une discussion entre les deux parties durant les cinq prochains mois quant aux « scénarios alternatifs à la fermeture de l’usine ». L’issue de cette discussion s’est donc soldée par la fermeture totale du site. « Bridgestone est arrivé à la conclusion qu’elle ne permet pas d’aboutir à un scénario industriel réaliste pour le groupe comme pour les salariés de Béthune, explique la direction à travers un communiqué publié ce jour. En effet, cette option ne règle pas le problème de surcapacité de production de Bridgestone en Europe, qui continue de s’aggraver avec la crise de la Covid. De plus, réduire la capacité de production de l’usine à une quantité de 3 millions de pneus ne constitue pas une solution pérenne pour Bridgestone, face à des concurrents dont la taille des usines s’accroît pour atteindre 10 à 20 millions de pneus. Afin de sauvegarder la compétitivité des opérations de Bridgestone en Europe, Bridgestone France SAS se doit donc de poursuivre son projet de cessation d’activité de l’usine de Béthune ».

Cette annonce sonne donc comme un coup dur pour l’économie locale, déjà fortement impactée par le chômage. L’usine emploie 863 personnes sans compter les intérimaires et les sous-traitants. Agnès Pannier-Runacher a tenu à exprimer son soutien auprès de tous les collaborateurs et s’engage à ce que « le plan social soit amélioré ». Une ambition que partage Laurent Dartoux, CEO et président de Bridgestone EMIA : « Nous sommes pleinement mobilisés pour rechercher des solutions adaptées à la situation de chacun de nos salariés. Pour cela, nous mettons en œuvre tous les moyens nécessaires, en collaboration avec les services de l’État. Je suis confiant dans notre capacité à atteindre cet objectif ». La fermeture du site devrait intervenir en avril 2021.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos