Carlos Ghosn : « C’est une histoire de complot de trahison »

Publié le par

« Se sentant en danger », Carole Ghosn a quitté le Japon pour regagner la France le jeudi 4 avril suite à l’arrestation de son mari à leur domicile.

Carlos Ghosn : « C’est une histoire de complot de trahison »

Dans une vidéo enregistrée quelques heures avant son interpellation, et diffusée aujourd’hui par son avocat Junichiro Hironaka lors d’une conférence de presse, l’ancien dirigeant apparait le visage blême. Vêtu d’une chemise blanche et d’une veste noire, Carlos Ghosn s’est défendu pendant une dizaine de minutes : « Si vous écoutez ce message, cela veut dire que je ne pourrai pas tenir ma conférence de presse prévue le 11 avril ». En effet, la veille de son arrestation, l’ex-patron avait annoncé sur Twitter sa volonté d’organiser une conférence de presse le 11 avril, tenant « à dire la vérité sur ce qui se passe ».

Un mois après sa libération sous caution, l’ex-président de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a été arrêté à son domicile de Tokyo le 4 avril dernier. Il fait l’objet de nouveaux soupçons de malversations financières. L’ex patron déchu clame son innocence, se dit victime de trahison par les dirigeants de Nissan, évoquant même « un complot et un coup de poignard dans le dos ». « Ce n’est pas une histoire de cupidité, de dictature d’un homme. C’est une histoire de complot de trahison », martèle-t-il en anglais. Ne citant aucun nom, il désigne ses conspirateurs comme « une poignée de directeurs exécutifs qui d’évidence, dans leur intérêt personnel et à cause de leurs craintes égoïstes détruisent énormément de valeur ».

Les actionnaires de Nissan, réunis lundi 8 avril à Tokyo, ont voté la révocation du mandat d’administrateur de Carlos Ghosn, coupant ainsi tout lien avec celui qui a sauvé et dirigé le groupe pendant près de deux décennies, et souhaitant avant tout « tirer un trait » sur cet épisode.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos