Carlos Tavares : « C’est le jour 1 du groupe Stellantis »

Publié le par

À travers une conférence digitale mondiale, Carlos Tavares a pris la parole pour la première fois en tant que directeur général de Stellantis, dont le siège social est basé à Amsterdam. La nouvelle entité regroupe 400 000 collaborateurs de 150 nationalités. Morceaux choisis.

© Stellantis
© Stellantis

« Le voyage a été très intense depuis la signature de l’accord en décembre 2020. Stellantis existe depuis samedi 16 janvier 2021 et, aujourd’hui, c’est le jour numéro un de Stellantis ».

« Nous allons démarrer cette nouvelle société avec une nouvelle mentalité, une nouvelle vision à l’égard du marché et les tendances sociétales. Nous allons pouvoir saisir les opportunités afin de devenir à terme un leader de mobilité ».

« Nous croyons que Stellantis doit viser l’excellence plutôt que la taille. Notre objectif n’est pas d’être grand mais d’être excellent dans ce que nous faisons, excellent en termes de lieu de travail afin d’attirer les meilleurs talents. Si le travail est bien fait, nous devions nécessairement agrandir notre taille par la suite ».

« Ensemble, les sociétés FCA et PSA sont implantées dans 130 pays, ont des activités industrielles dans plus de 30 pays et affichent des positions de leaders de marché dans au moins trois régions. Les deux familles ont démontré leurs capacités à redresser leurs entreprises. Nous avons un free cach flow opérationnel dépassant les 5 milliards d’euros, donc notre objectif est d’utiliser cette puissance afin d’être offensif sur le marché et apporter ainsi de nombreuses solutions de mobilité ».

« Nous avons une empreinte forte au niveau géographique : 44 % en Amérique du Nord et 46 % en Europe, Moyen-Orient et Afrique ».

« Les 5 milliards d’euros de synergie proviendront des produits tout d’abord. Nous voulons être intelligents en termes d’achats afin d’améliorer la compétitivité coût de tout ce que nous achetons. 80 % des synergies finales seront possibles dans les cinq prochaines années. Ainsi, nous aurons un cash flow net positif dès la première année. Nous avons un coût total unique de 4 milliards d’euros mais nous allons essayer d’optimiser ce chiffre à l’avenir. Notre création de valeurs sera de l’ordre de 25 milliards d’euros qui est la base de cette fusion ».

« Nous avons des marques iconiques offrant une forte diversité de modèles. Nous sommes présents sur tous les marchés importants. Grâce à ce portefeuille de marques et la couverture de marché de nos modèles, nous sommes présents sur les principaux marchés clés. À cela s’ajoutent nos technologies, les collaborateurs, et notre capacité d’exécution. Stellantis repose donc sur des bases fortes pour faire de grandes choses à l’avenir ».

« Concernant les objectifs à long terme sur lesquels nous allons travailler, nous devons aller au-delà des attentes des clients. De plus, nous voulons atteindre des objectifs carbones neutres. Cela sera au cœur même de notre plan stratégique. Si on regarde les défis de l’avenir, nous comprenons que les ventes de véhicules électriques représenteront plus d’un tiers des ventes en Europe. La mobilité partagée va se développer et nous sommes heureux d’avoir compris comment faire de l’argent sur l’activité d’auto-partage et autres services de mobilité. Nous savons que les véhicules connectés équipés de la 5G devraient atteindre plus 16 millions d’unités d’ici à 2030 en Europe, aux États-Unis et en Chine ».

« Nous allons diminuer les coûts en termes de volume, ce qui permettra une plus forte compétitivité et nos dépenses recherches et développement vont être diluées grâce au groupe. Cette nouvelle société résultant de la fusion de PSA et FCA arrive au bon moment ».

« Dans les cinq années à venir, nous voulons offrir une mobilité sûre, propre et abordable. À la fin de l’année 2021, nous aurons 39 modèles électrifiés disponibles à la vente (nous en avons 29 actuellement). Tous les modèles lancés jusqu’en 2025 auront une version électrifiée afin d’appuyer la tendance du marché. Nous sommes donc en ligne avec les attentes du marché. Le vrai défi ne sera pas d’avoir un véhicule électrifié mais de faire en sorte que ces modèles soient abordables pour nos clients ».

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos