Christophe Maurel fait le point sur le marché

Publié le par

À la veille du Mondial de l’automobile, le président des concessionnaires VP au sein du CNPA fait le point sur le marché et sur l’action de la branche dans la défense des intérêts des distributeurs.

Christophe Maurel fait le point sur le marché

Sur les huit premiers mois de l’année, le marché des véhicules neufs se présente en hausse de 6,1 % par rapport à l’année précédente. Cependant, Christophe Maurel tempère ce résultat positif. « Nous ne sommes pas revenus aux résultats d’avant-crise. Il y a du mieux mais le marché n’est pas épanoui. Les ventes à clients finaux sont toujours à - 6,49 % par rapport à l’année de référence 2008. Le canal des particuliers est même à - 21,51 % par rapport à cette période. Les consommateurs achètent donc moins de VN », constate-il.

La remontée des ventes est donc essentiellement due à la clientèle des professionnels, sous toutes ses formes. Pour séduire les particuliers, les constructeurs ont également dû user des ventes tactiques. Un phénomène en hausse en 2015 puisque ces dernières ont atteint 25,8 % des ventes. Les véhicules de démonstration ont donc fleuri dans les concessions et cette tendance devrait se renforcer sur la fin de l’année 2016. Le 0 km a donc de l’avenir…

Pour le président des concessionnaires VP, le manque de soutien de l’État au marché du VN est en contradiction avec sa politique environnementale. « Ne rien faire pour favoriser les ventes de véhicules neufs revient à donner la priorité au VO, ce qui ne favorise pas le renouvellement du parc », remarque-t-il. Pourtant, Christophe Maurel et le CNPA ne souhaitent surtout pas le retour d’une prime à la casse. « Plusieurs solutions sont possibles, à l’image d’un crédit d’impôt, par exemple », précise le distributeur.

À la veille du Mondial, le dirigeant estime que « l’éclairage généré par le salon sur les nouveaux modèles ne peut être que bénéfique pour la fin d’année. Cependant, le deuxième semestre sera-t-il aussi bon que le premier ? », s’interroge le président avec un certain doute. L’entrée en vigueur du texte qui instaure des contrats à durée déterminée de deux ans dans la distribution ne renforce pas la confiance de Christophe Maurel, qui reste cependant actif pour revoir le statut du distributeur auprès de l’État. Un chantier qui nécessitera encore pas mal de travail et de patience, à quelques mois des prochaines élections des présidents de branches au CNPA.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos