Christophe Rollet juge « déplacés » les propos du Medef

Publié le par

Christophe Rollet, directeur général de Point S, juge malvenus et déplacés les propos de Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, sur le besoin de travailler davantage après le confinement pour faire redémarrer l’économie.

Christophe Rollet juge « déplacés » les propos du Medef

Ce n’est pas la première fois que Christophe Rollet prend à contre-pieds des idées favorables à l’allongement du temps de travail. Le directeur général de Point S s’était déjà prononcé contre l’assouplissement du travail le dimanche et l’allongement du travail nocturne. Aujourd’hui, le dirigeant dénonce la récente sortie du Medef et de son président Geoffroy Roux de Bézieux sur la nécessité de travailler davantage dès la sortie du confinement pour faire redémarrer l’économie. Des déclarations « malvenues » et des propos « déplacés » pour Christophe Rollet. « Les représentants du patronat sont trop déconnectés de la réalité que nous vivons tous. Le président du Medef ne représente pas l’opinion actuelle de bien des dirigeants. Et il participe à dégrader encore davantage l’image des patrons » poursuit le dirigeant.

Une analyse différente

Le directeur général de Point S n’a pas la même analyse de la situation actuelle. « Personne ne sait encore à quel moment nous allons pouvoir reprendre une activité quasi normale, et quel sera, à ce moment-là, le degré d’affaiblissement de nos entreprises. Il n’est pas du tout certain que l’activité nécessitera alors de travailler davantage » remarque-t-il. Au-delà de cette perception différente de la crise actuelle, Christophe Rollet s’interroge sur la notion de sur-travailler. Une notion « bien trop imprécise », qui ne fait « qu’apporter de la confusion et de l’appréhension auprès des travailleurs, qui sont souvent déjà touchés par la crise ». Pour le dirigeant, « les collaborateurs ont besoin des minimas de repos fixés par la loi pour travailler dans de bonnes conditions et les chefs d’entreprise aussi. Sinon, la qualité des services et des prestations s’en ressentira et nuira à la productivité de l’entreprise tout en générant de l’insatisfaction client ». Une idée contre-productive selon Christophe Rollet, qui insiste sur le fait que « le moment difficile que nous traversons doit être accompagné de façon responsable et non par de grandes déclarations qui ne servent que de coups médiatiques, sans apporter de solutions ».

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos