Claire Cano-Houllier, cofondatrice de Hiflow : « 30 % de nos clients sont des distributeurs »

Publié le par

Claire Cano-Houllier a fondé LuckyLoc et Expedicar en 2012 avec son associé Idris Hassim. Aujourd’hui, ces deux services différents ont été regroupés sous le nom de Hiflow, pour gagner en visibilité et faciliter l’internationalisation de la jeune société. La firme, qui veut devenir la plateforme digitale du transport de véhicules, travaille avec de nombreux distributeurs et profite pleinement de la digitalisation du secteur.

Claire Cano-Houllier, cofondatrice de Hiflow : « 30 % de nos clients sont des distributeurs »

Auto Infos : Quels services proposez-vous aux professionnels ?

Claire Cano-Houllier : Nous avons débuté avec la location de véhicules à un euro pour les particuliers. Ces derniers louent une voiture qui a besoin d’être rapatriée pour le compte d’un loueur courte durée, ce qui arrange tout le monde. Nous avons également développé le transport individuel de véhicule par convoyeur pour les professionnels. Ces deux services sont nés du constat que le transport d’un véhicule est compliqué en France. Aujourd’hui, nous avons aussi intégré, sur notre plateforme digitale, la livraison par camion en donnant la possibilité à nos clients de rentrer leurs transporteurs habituels sur l’interface. Cette année, nous devrions déplacer 50 000 véhicules dans toute la France.

A. I. : Comment percevez-vous la digitalisation de la distribution automobile ?

C. C-H. : Ce marché est de plus en plus digital. Les Français sont prêts à acheter leur voiture sur internet et à se la faire livrer chez eux, notamment les jeunes générations. Le développement des formules locatives est aussi un facteur important. Ces tendances nécessitent une capacité de livraison de véhicule à l’unité, ce qui n’est pas dans l’ADN des transporteurs traditionnels.

A. I. : Quels sont vos clients dans la distribution automobile VN et VO ?

C. C-H. : Nous travaillons depuis longtemps avec Aramis Auto et nous assurons la reprise en 24 heures pour eux. Nous travaillons aussi avec PSA Retail pour la livraison des VO. Nous avons également un projet avec Spoticar. Nous travaillons également avec Renault Retail Group sur leur activité de leasing. Plus globalement, 30 % de nos clients sont des distributeurs, à l’image d’Emil Frey France, Eden Auto, Thivolle ou Maurin. Nous collaborons ainsi avec Autosphère sur la digitalisation du parcours client VO. L’autre typologie de clients comprend 30 % de loueurs, notamment autour de la location moyenne durée. Enfin, le reste est constitué de maisons de ventes aux enchères, d’assureurs, de gestionnaires de flottes, de transporteurs et de particuliers.

A. I. : Quels services développez-vous avec eux ?

C. C-H. : Nous nous occupons de livraisons et de reprises de véhicules en LOA ou LLD. Nous personnalisons nos services, à l’image du suivi de véhicule en livraison et de la digitalisation des démarches administratives pour Eden Auto par exemple. Nous assurons aussi le relevé des dommages sur les véhicules d’occasion avant le passage d’un expert. Nous formons les convoyeurs indépendants avec lesquels nous travaillons.

A. I. : Qui sont ces convoyeurs et que font-ils exactement ?

C. C-H. : Ils sont 1 300 actuellement et ce sont souvent de jeunes retraités du secteur automobile qui recherchent un complément de revenus. Ce sont des profils qui s’intègrent très bien. Leur rôle est très important car ils sont le seul point de contact physique entre le vendeur et son client. Ils doivent donc être au niveau des attentes de chacun. Nous travaillons sur leur formation, en fonction des livraisons. Nous avons, par exemple, mis en place une formation spécifique pour effectuer les livraisons aux professionnels des BMW du groupe Neubauer. Ce type de service intéresse les distributeurs car en interne, il prend du temps et coûte cher. Le développement des ventes en ligne nécessitera de repenser les points de vente, avec une hausse du nombre des livraisons directes aux acheteurs. La quête de parts de marchés des professionnels sur le VO représente aussi un potentiel très important pour nous, tout comme le convoyage de véhicules pour leur entretien ou pour une réparation en carrosserie.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos