Constructeurs et distributeurs passent à l’offensive

Publié le par

Services, garanties, positionnement… un vent de renouveau souffle sur les labels occasions des constructeurs.

Constructeurs et distributeurs passent à l’offensive

À l’heure où les distributeurs cherchent de nouveaux leviers de rentabilité, le marché de l’occasion mobilise les constructeurs. Face aux caprices du VN et à un segment de l’après-vente en perte de vitesse, le secteur de la seconde main se pose comme une nouvelle source d’équilibre de l’activité des concessionnaires. « Les professionnels investissent dans toutes les étapes du VO », constate Vincent Hancart, directeur d’AutoScout24.fr.
Sur un marché qui échappe encore à 50 % aux professionnels, la tendance se traduit par une multiplication des labels occasions des marques. Hybrides, électriques, utilitaires, premiers prix… à chacun son style, à chacun son label ! Ford vient d’annoncer une refonte complète de son dispositif Sélection au cours du second semestre. Même tendance du côté de Smart et de Jaguar, tandis qu’Audi prépare de nouvelles garanties. Après Renault l’automne dernier, Peugeot conjugue désormais ses labels premium et primo au VU. Dans le même temps, Toyota confie vouloir augmenter ses volumes de buy-back pour alimenter son réseau en véhicules d’occasion récents.

Des distributeurs « pilote » pour Opel

L’offensive gagne à présent Opel. En lien avec son réseau, le constructeur s’attèle au remodelage « sur le fond et sur la forme » de son label G2 Les Grandes Occasions. Un appel à candidature pour devenir distributeur « pilote » est d’ailleurs en cours. Le déploiement est attendu courant janvier 2016. « À l’occasion des tables rondes organisées entre mai et septembre avec nos distributeurs, nous aborderons chaque étape du cycle de vie d’un véhicule d’occasion au sein d’un distributeur labélisé », précise le constructeur. Au programme : la reprise, la préparation/exposition VO, le digital et la livraison/satisfaction/fidélisation. « Nous intégrerons aussi des standards et des bonnes pratiques sur chacun de ces piliers. » Opel n’exclue pas non plus un changement de nom de son label, ou la possibilité d’une offre d’occasion récente aux côtés d’une version dédiée aux véhicules plus âgés. « Nous travaillons aussi avec GM Financial au lancement d’une offre LOA ballon VO, ainsi que d’un contrat d’entretien. »
Pour les constructeurs, l’enjeu est de répondre à une demande des consommateurs en véhicule moins cher et à un marché du VO vieillissant, grâce à des labels éligibles jusqu’à 10 ans et 200 000 km. Sur le terrain, les distributeurs se mettent aussi au diapason, avec depuis le début d’année un repli des ventes à marchands au profit des particuliers.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos