Contrôle technique : embouteillages assurés jusqu’au 23 juin

Publié le par

Face à l’augmentation des rendez-vous et aux délais d’attente dans le cadre du contrôle technique, les professionnels du secteur réclament le report à fin juillet de la date butoir.

© Auto Sécurité
© Auto Sécurité

Alors que le gouvernement avait accordé une tolérance de trois mois pour les délais du contrôle technique des véhicules légers (et de quinze jours pour les poids lourds) en raison de la crise sanitaire, l’agenda a de nouveau été bousculé. Le Ministère de l’Action et Comptes Publics a récemment publié l’ordonnance n°2020-560 qui précise que la date du 23 juin 2020 devient l’échéance butoir pour tous les sursis annoncés. Le report des délais n’est donc plus corrélé à l’état d’urgence sanitaire.

Face à ce rétropédalage du gouvernement, les professionnels du secteur, parmi lesquels le groupe SGS (Sécuritest et Auto Sécurité), s’inquiètent et redoutent une surcharge des centres de maintenance. D’autant qu’avec la crise actuelle, le respect du protocole sanitaire et des gestes barrières s’ajoutent aux taches existantes, ce qui occasionne un allongement du temps de travail sur chaque véhicule. Les réseaux Auto Sécurité et Sécuritest estiment à au moins 3 millions le nombre de contrôles techniques qui ne pourront pas être réalisés d’ici le 23 juin et ce « dans les conditions sanitaires souhaitées » : « 55% des véhicules qui devaient se présenter en mars dans les centres du groupe SGS France ne l’ont pas fait. Un chiffre qui grimpe à 83% en avril ! » s’insurgent les responsables du groupe.

Depuis la reprise des activités le 11 mai dernier, les réseaux de ces deux entreprises enregistrent un délai d’attente de quinze jours en moyenne, contre deux habituellement. Certains centres ont pourtant déjà élargi l’amplitude des jours travaillés, ainsi que leurs horaires d’ouverture. Des efforts jugés insuffisants face à la demande croissante. Les dirigeants des centres Auto Sécurité et Sécuritest dénoncent ainsi un engorgement défavorable aux précautions sanitaires et plaident donc pour un report des délais à fin juillet 2020. Dans cette histoire, les autres otages sont les automobiles qui peuvent écoper d’une amende de 135 euros en cas de dépassement du délai du contrôle technique.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos