Contrôle technique : un comparateur de prix en questions

Publié le par

L’État vient de mettre en ligne un site internet qui permet de trouver et comparer les tarifs du contrôle technique dans tous les centres agréés. Une mesure issue de la crise des « gilets jaunes », qui arrive dans un contexte déjà délicat pour les acteurs du contrôle technique.

© capture du site comprateur des prix du contrôle technique
© capture du site comprateur des prix du contrôle technique

Le comparateur officiel des prix du contrôle technique vient d’être mis en ligne par le ministère des petites et moyennes entreprises. Développé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), avec l’appui de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), ce portail permet de voir les prix du contrôle technique dans les différents centres agréés dans la zone de son choix. Cette plateforme est l’une des mesures prises suite à la crise des « gilets jaunes ». Élaboré sur le modèle du comparateur public des prix du carburant, ce nouveau site affiche les tarifs pratiqués par les établissements agréés dans la zone indiquée par l’internaute. Les informations sont données pour les voitures particulières, les utilitaires légers, les camping-cars et les véhicules de collection. Les prix sont classés par type de motorisation (essence, diesel, gaz, hybride, électrique). Ce portail a été conçu avec l’UTAC-OTC, mais aussi le CNPA et la FNA. Cependant, le CNPA rappelle les limites d’une telle plateforme.

Une moyenne nationale de 77,60 euros

L’organisation professionnelle souligne qu’il ne faut pas limiter le contrôle technique à un simple prix. L’opération est une mesure de sécurité routière, sensée éviter la présence de véhicules dangereux sur les routes. Les contrôles pratiqués relèvent de la sécurité et de la protection de l’environnement. La procédure est normée et les centres doivent s’en tenir strictement à cette opération. Son renforcement régulier engendre une hausse des tarifs, liée à des investissements et à un allongement de la durée moyenne du contrôle. Les différences de prix sont également liées aux zones géographiques et au coût de l’immobilier. Le CNPA souligne aussi que les tarifs officiels ne sont pas toujours ceux pratiqués dans les établissements. En effet, des promotions et des accords avec diverses enseignes permettent aux conducteurs d’avoir des remises sur la prestation.

Syndrome du pigeon

Au-delà du prix, c’est peut-être le renforcement du contrôle qui passe mal, auprès de Français conscients de la charge financière représentée par une voiture dont ils peuvent difficilement se passer. Comme le souligne le CNPA, près de 700 000 véhicules n’auraient pas effectué leur contrôle technique. Une tendance à rapprocher du nombre croissant de conducteurs roulant sans assurance. Un monde d’écart entre une politique d’incitation à l’achat de véhicules électrifiés et une partie des Français qui n’ont d’autre choix qu’user leur véhicule jusqu’à la panne ou l’accident.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos