Coronavirus : arrêt forcé de l’usine sud-coréenne de Renault

Publié le par

L’usine de Busan, qui emploie 2 000 salariés, est l’unique site de production du constructeur français en Corée du Sud. Près de 216 000 véhicules sortent de ses lignes de production chaque année.

© Renault.
© Renault.

(Avec l’AFP)

La marque au losange a annoncé que l’usine Renault Samsung Motors de Busan située dans le sud-est du pays allait garder ses portes closes à compter du mardi 11 février et ce, jusqu’au dimanche 16 février prochain. « Renault a mis en place un dispositif d’anticipation, de suivi et de contrôle des risques d’approvisionnement pour ses usines dans le monde », rapporte l’AFP d’après les déclarations du constructeur français.

Renault n’est pas le seul à s’être résigné. En début de semaine dernière, Kia et Hyundai ont été contraints de suspendre l’ensemble de leur production dans le pays faute d’approvisionnement en composants de câblage électronique principalement produits en Chine, centre de l’épidémie. Une pause forcée qui engendre un coût économique important : 25 000 employés momentanément placés au chômage technique. Selon les estimations fournies par l’AFP, cette interruption de production en Corée du Sud pendant cinq jours pourrait bien coûter à Hyundai l’équivalent de 450 millions d’euros.

Depuis son apparition, l’épidémie s’étend progressivement en dehors des frontières chinoises et impacte l’ensemble de l’industrie automobile. Vendredi dernier, la Banque centrale américaine s’est dite préoccupée par la situation, estimant que l’épidémie allait avoir des répercussion sur l’économie mondiale.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos