Cote d’amour des constructeurs : les réactions des lauréats

Publié le par

Les résultats de la 19e Cote d’amour des constructeurs ont été officialisés hier soir, 28 octobre, à l’Elysées Biarritz, à Paris.

Cote d’amour des constructeurs : les réactions des lauréats

Lors de cette manifestation animée par Christophe Maurel, président de la branche des concessionnaires VP du CNPA, en présence du vice-président national délégué du Conseil national des professions de l’automobile, Patrick Poincelet, les dirigeants des trois constructeurs les mieux notés de l’édition 2014 ont commenté leurs performances devant les représentants de leurs réseaux respectifs.

- Accompagné par Éric Cheli, président du groupement, Pascal Ruch, président de la filiale française de Toyota, a jugé que cette médaille de bronze saluait une démarche de partenariat installée dans la durée avec les distributeurs. Les équipes ont déployé, selon lui, depuis trois ans, un effort constant visant à améliorer les points de douleurs, à savoir les process appliqués dans le domaine administratif, et au niveau du négoce des véhicules d’occasion.

- Vincent Salimon, directeur de Mini France, qui est monté sur la seconde marche de la Cote d’amour dès sa première année de présence, a estimé que ce coup de chapeau valorisait la performance d’une « petite marque proactive vis-à-vis de son réseau. » Un avis partagé par les porte-paroles de ce dernier. Patrick Lafitte et Jacques Panel ont précisé : « Le renouveau de Mini est une véritable success-story, fondé sur une passion partagée par ses concessionnaires et ses clients.  »

- Enfin, Luc Chausson, directeur de Skoda France, leader incontesté de ce nouveau millésime, a souligné que la performance de sa firme était liée au fait qu’elle tenait ses engagements… Skoda développe, dans le cadre d’un véritable partenariat, la mise en place des standards de représentation. Un avis entériné par Patrick Evrard, responsable du groupement Skoda.

Sujets d’actualité

Le président de la branche des concessionnaires VP du CNPA a profité de cette manifestation pour rappeler les actions engagées par l’instance qu’il anime : celles qui visent à une juste définition de la notion du véhicule neuf, à l’obtention d’un statut du distributeur, à la défense des détenteurs du logo Chevrolet, ou au libre choix du réparateur dans le domaine de la carrosserie. Il a également mis en lumière le « ras-le-bol » fiscal des chefs d’entreprise du négoce automobile. Enfin, il a évoqué, une nouvelle fois, la nécessité d’une réflexion de ses pairs quant à l’évolution du business model de la distribution de marques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche