Covid-19 : Les marchés automobiles dans la tourmente en Italie et en Espagne

Publié le par

Conséquence de la crise du coronavirus et des mesures de confinement, l’effondrement du marché automobile européen ne fait pas d’exception et après la France, l’Italie et l’Espagne affichent des résultats en chute libre pour mars 2020.

Covid-19 : Les marchés automobiles dans la tourmente en Italie et en Espagne

Après la France et un recul historique de 72,2 % du marché VPN, c’est au tour de l’Italie et de l’Espagne d’afficher des bilans calamiteux pour mars 2020. En Italie, les immatriculations de VN enregistrent une baisse de 86 %, à 28 057 unités, selon l’Unrae. Rappelons que le confinement a été décrété dès le 10 mars dans le pays (dès le 8 mars dans certaines régions). L’Italie a imposé un confinement qui court jusqu’au 3 avril, mais une extension doit être officialisée. Les dirigeants de l’Unrae tablent sur un recul des ventes de 32 % sur l’exercice 2020 (1,3 million d’unités) si le confinement est levé à la fin du mois d’avril 2020 ou au début du mois de mai. Ils appellent de leurs vœux un plan d’aide pour la filière automobile et notamment une extension des aides pour les véhicules émettant moins de 70 g/CO2 à tous les véhicules de moins de 95 g/CO2. Michele Crisci estime que le marché des flottes doit aussi être stimulé par des aides. Autant de mesures à lisser jusqu’à la mi-2021 et qu’on peut d’ores et déjà chiffrer à 3 milliards d’euros.

L’Espagne place la sauvegarde de l’emploi dans la filière automobile comme priorité absolue

En Espagne, selon l’Anfac, les immatriculations ont reculé de 69,3 %, pour un volume total chétif de 37 644 unités. Le confinement a été décrété le 16 mars 2020 et autour de ce pivot, le nombre moyen d’immatriculations par jour est passé de 4 500 à 200. Noemi Navas a réclamé un plan de relance au gouvernement, appuyée par Raul Morales (Faconauto) qui appelle l’État et les régions à bien synchroniser leurs démarches pour ne pas répéter des erreurs passées. À ses yeux, avant de faire une prévision annuelle, conditionnée par la fin du confinement, il faut surtout tout mettre en œuvre pour sauver l’emploi dans la filière. Une chose est sûre, le second semestre 2020 sera déterminant.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos