DS 3 Crossback : as de carreau

Publié le par

DS poursuit l’élargissement de sa gamme avec son SUV DS3 Crossback. Ce petit crossover a l’ambition de devenir leader sur son segment grâce à son style, à sa technologie et à son confort.

DS 3 Crossback : as de carreau

Plus trace des chevrons Citroën chez DS. La marque premium de PSA jouerait-elle désormais la carte du losange ? C’est en tout cas ce que l’on constate lorsque l’on embarque à bord du DS3 Crossback, le dernier SUV urbain de DS Automobiles. Les aérateurs sur le haut des portes, les boutons de commande sous l’écran large de 10,3 pouces sont des losanges. «  Effet diamant  » selon DS.

Un vrai parti pris de design à la française, sans doute pour se démarquer des intérieurs trop lisses des concurrents allemands, qui ne néglige pas d’autres codes du luxe, comme les sièges en cuir bracelet, les surpiqûres en point perle ou encore la personnalisation lumineuse de l’intérieur.

À l’extérieur, nouveaux losanges sur la calandre en nid d’abeille ornée d’un Logo DS bien visible. Sur le profil de la porte arrière l’aileron de requin, référence à la DS3 berline que le Crossback va remplacer, un marqueur esthétique qui, cependant, n’éclaircira pas vraiment la vue des passagers arrière. L’éclairage participe également au design chic du véhicule. Sans oublier les feux led anti-éblouissement à l’avant, dont le faisceau lumineux s’adapte automatiquement à la circulation et au profil de la route. Mais l’effet wahou du DS3 Crossback, ce sont les poignées de portières qui s’escamotent ou se déploient à l’approche du possesseur de la clé de contact. Façon Tesla, mais pour un tarif largement moindre.

Cinq motorisations thermiques au lancement

Sous le capot, en attendant la version 100 % électrique, les moteurs thermiques ne jouent pas la carte de la cylindrée. L’offre s’articule autour du 3 cylindres 1,2 l turbo décliné en trois niveaux de puissance (100, 130 et 155 ch) et le 4 cylindres turbo diesel 1,5 l de 100 et 130 ch. Peut-être pas à hauteur des puissances allemandes, mais suffisants pour un SUV urbain de 4,12 m de long et de seulement 1 200 kg sur la balance. La sobriété est au rendez-vous avec des consommations autour de 5 l/100 km pour le gazole et 6 à 7 litres pour l’essence. Même avec des jantes de 18 pouces, DS a privilégié le confort et la tenue de route. Mais l’espace intérieur fait la part belle aux occupants avant. Les passagers arrière disposent d’une place restreinte pour les jambes. En revanche, pas beaucoup de chargement dans le coffre qui affiche une capacité maximale de 350 litres.

À partir de 23 500 euros

Coté prix, là encore DS joue le premium accessible. Les tarifs du DS3 Crossback démarrent à 23 000 euros, soit 2 500 euros de moins que ses concurrentes directes, à savoir l’Audi Q2 et la mini Countryman. Est-ce que cela fera la différence dans les beaux quartiers ? Comptez 39 500 euros pour la version électrique, mais ceci est une autre histoire.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos