DS Automobiles : sur les talons de ses rivales allemandes

Publié le par

En dépit d’une situation économique complexe depuis mars 2020, DS Automobiles a su maintenir le cap dans la cour des constructeurs haut de gamme.

© Thomas Cortesi
© Thomas Cortesi

Doucement mais sûrement. Voici l’une des expressions qui caractérise le mieux le parcours de DS Automobiles. Jeune pousse parmi les grandes marques automobiles premium, l’entreprise française s’impose chaque jour un peu plus dans le paysage national et international. Avec seulement 40 distributeurs en septembre 2017, la marque compte actuellement un réseau de 70 investisseurs et 164 points de vente (120 DS Stores et 44 DS Salons) répartis sur la quasi-totalité du pays. 38 DS Service sont également implantés dans les villes moyennes afin d’assurer un renfort et treize nouvelles concessions verront le jour l’année prochaine.

Des produits exceptionnels et un parcours clients haut de gamme

Depuis sa création en 2015, DS Automobiles se donne comme conduite d’incarner le savoir-faire du luxe dans l’industrie automobile. Deux piliers nourrissent cette ambition : « Des produits exceptionnels et un parcours clients haut de gamme » comme aime à le rappeler, Sébastien Vandelle, directeur de DS en France. Au cumul des dix premiers mois de l’année en cours, DS Automobiles s’est imposé à la quatrième place des marques premium avec 17 747 unités, derrière les « trois monstres sacrés allemands, pour l’instant » – nuance le dirigeant – que sont dans l’ordre Mercedes (39 979 véhicules), Audi (34 860 immatriculations) et BMW (34 368 unités). Une bonne performance même si le représentant de la marque aspire à occuper l’une des trois premières marches du podium prochainement et ainsi s’imposer comme l’une des trois premières références du marché. En termes de volume, l’apparition de la pandémie et l’arrêt des activités pendant plusieurs semaines entre mars et avril ont fortement impacté DS Automobiles qui enregistre cette année une perte de l’ordre de 4 000 unités.

JPEG - 1.7 Mo

Belles performances de ses modèles E-Tense

Toutefois, entre octobre 2019 et octobre 2020, la marque a gagné un point de part de marché s’établissant ainsi à 10,2 % contre 9,2 % l’année dernière. L’autre satisfaction repose également sur les performances de ses modèles E-Tense, « la haute couture électrique qui résulte de la rencontre entre la haute couture et la technologie électrique » selon la définition de Sébastien Vandelle. Si la part des prises de commande de véhicules E-Tense n’était que de 3 % en mars 2019, elle pesait 35 % en octobre 2020. Le DS 7 Crossback E-Tense s’impose en tant que leader en France dans la catégorie des hybrides rechargeables premium, en devançant le Volvo XC40 hybride rechargeable. Le DS 3 Crossback E-Tense hérite lui du titre de deuxième modèle premium 100 % électrique le plus vendu en France, derrière la Tesla Model 3 et devant la Mini électrique. DS Automobiles est bien décidé à s’appuyer davantage sur cette technologie en déployant sa première berline haut de gamme baptisée DS 9. Cette dernière sera déployée dans le réseau à compter de mai 2020. Une déclinaison essence sera tout de même proposée aux adeptes de la tradition.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos