DS officialise son réseau de distribution

Publié le par

« L’envol » : tel était le mot clé et fil rouge de la conférence de presse organisée aujourd’hui, mercredi 11 octobre, par DS dans son DS Store de Paris, mais aussi simultanément dans d’autres capitales d’Europe.

DS officialise son réseau de distribution

Cette date est à marquer une pierre blanche pour la marque premium du groupe français PSA : il s’agit en effet du jour de l’ouverture des commandes de son SUV DS7 Crossback, présenté il y a déjà dix mois, mais surtout de l’officialisation du réseau DS. Car, pour rappel, si la marque a bel et bien pris son indépendance par rapport à Citroën en 2015, la commercialisation des DS3, 4 et 5, s’opérait encore jusqu’ici au travers des points de vente de la marque aux chevrons. L’heure est donc effectivement à l’envol pour DS qui se targue de pouvoir compter sur un réseau de 127 points de vente en France dont 60 % de DS Store, points de vente de 250 m2 et 40 % de Salons, showroom de plus petite surface. Avec une priorité donnée aux investisseurs Citroën : 100 % des concessions DS sont ainsi détenues par des groupes représentant déjà Citroën.

190 points de vente visés

Seules ces 127 concessions seront habilitées à commercialiser la DS7 Crossback, qui arrivera dans les showroom fin janvier – début février. Ces écrins, façonnés à l’image des boutiques de luxe grâce à des matériaux nobles et un esthétisme sobre, pourront contenir jusqu’à six modèles. Un chiffre qui n’est pas un hasard puisqu’il s’agit du nombre de modèles que la gamme DS comptera d’ici à 2023, avec un lancement programmé par an. « La montée en puissance du réseau français se fera progressivement, a annoncé Amaury de Bourmont, directeur de la marque. De 127 points de vente, nous devrions passer à 150 d’ici à la mi-juillet 2018, lorsque le DS7 Crossback arrivera dans les showroom, puis 190 un an plus tard. »
La création du réseau s’organise également de façon progressive partout dans le monde avec, à l’heure actuelle, 250 points de ventes ouverts dont 97 en Chine, marché stratégique mais pourtant compliqué par la marque française premium.

<galleria10329|width=630>

Des services premium à développer

Si le DS7 Crossback ambitionne d’incarner le luxe et le savoir-faire à la française, tout le défi pour le réseau sera de proposer des prestations à la hauteur de cette revendication. C’est le pari de DS qui a déployé un vaste plan de formation pour 450 collaborateurs dans le monde (Chine exclue) au sein de sa DS Academy. En France, ce sont 90 collaborateurs qui ont pu bénéficier de cette formation, 140 d’ici à la fin de l’année. Au programme de ces quatre jours intensifs de formation à la charge du distributeur : une immersion dans l’univers du luxe, visite de boutiques prestigieuses, rencontre avec les meilleurs artisans parisiens.

Ces collaborateurs auront pour mission de faire découvrir la gamme dans des espaces contenus à l’aide notamment du DS Virtual vision. Cet outil offre une représentation 3D du véhicule configuré, une immersion à son bord et une vision extérieure complète. Ce sont également eux qui seront chargés de promouvoir le programme expérience client baptisé Only You avec, à la clé, un panel de services mis à disposition des clients comme la conciergerie, la livraison à domicile ou encore DS Rent, service de location pour clients et prospects DS. « Nous devons retrouver un niveau de service fourni dans le secteur de l’hôtellerie de luxe », illustre Amaury de Bourmont.

Un investissement moyen de 400 000 euros

Tout ce renouveau à un coût. Facture moyenne pour les 127 concessionnaires engagés dans la distribution de la marque : 400 000 euros en comptant les investissements immobiliers mais aussi humains. « Nous soutenons cette implication en accordant aux concessionnaires des marges supplémentaires pendant deux ans », indique le dirigeant. Des marges qui n’auront jamais été aussi élevées pour DS dont le panier moyen, actuellement d’environ 22 000 euros, devrait atteindre avec le DS7 Crossback plus de 50 000 euros. La gamme de prix du SUV s’échelonne ainsi de 31 200 euros en diesel 130 ch et boîte manuelle à 64 000 euros en version hybride rechargeable essence, disponible à partir de mi-2019.

À l’heure actuelle, 400 commandes sur catalogue ont été passées en France, un bon démarrage pour le dirigeant de DS en France. «  Établir la marque au niveau mondial va nous prendre des décennies. Mais avec notre stratégie basée sur les trois piliers que sont les produits, le réseau et l’expérience client et dans un marché premium en expansion, nous croyons en l’avenir de la marque en France et dans le monde entier. »

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos