DS3 Crossback E-Tense : électricité, un luxe nécessaire

Publié le par

DS3 Crossback E-Tense : électricité, un luxe nécessaire

Chez DS, le silence est d’or : entre 35 000 et 40 000 €, bonus gouvernemental déduit pour la DS3 Crossback E-Tense. C’est le luxe du tout électrique. C’est aussi une première pour un SUV premium urbain (du segment B).

Silence à bord

À bord de ce SUV premium urbain, les bruits sont tellement filtrés que le simple tic-tac du clignotant devient assourdissant ! Évidemment tout bruit venant de la mécanique est exclu par nature, sauf peut-être le chuintement du moteur électrique en pleine accélération. Et même les sons parasites comme le bourdonnement des pneus sur le bitume ou les sifflements aérodynamiques sont bannis des oreilles des occupants, à tel point qu’on se prend à discuter presque en chuchotant.

Les ingénieurs ont aussi traqué les grincements du mobilier. Mais pas que. Les matériaux sont particulièrement étudiés pour apporter douceur et cocooning aux bras, coudes, mains et genoux des occupants, lovés dans des sièges enveloppants. Différentes finitions sont proposées, comme dans les versions essence ou diesel, plus quelques nouvelles, dont « Rivoli » qui n’hésite pas à capitonner la planche de bord, façon Chesterfield... Soulignons quand même que les occupants des places arrières pourront toujours se sentir confinés s’ils mesurent plus de 1,80 m, en revanche pas de restriction supplémentaire de leur espace pour cause de batteries envahissantes. Derrière eux d’ailleurs le volume du coffre ne change pas.

320 kms d’autonomie en cycle WLTP

Le luxe, le silence, OK, mais pendant combien de temps ? Autrement dit, quelle autonomie, puisque c’est la première préoccupation de tout acheteur d’électrique. Réponse rassurante : 320 km en cycle WLTP, la mesure la plus proche de la réalité. Et surtout, en se connectant à une prise rapide de 100 kw, on récupère 80 % de la charge en une demi-heure, le temps de prendre un café. Sinon en quelques heures sur une Wall Box domestique. L’autonomie n’étant plus un souci, place au plaisir de conduire, ce que la DS3 propose largement. Certes, elle ne dépasse guère 150 km/h en pointe, mais c’est de toute façon une vitesse prohibée sur les routes.

Par contre, on peut bénéficier de toute la puissance des 300 chevaux pour dépasser en un clin d’œil, n’importe quel véhicule à pétrole. C’est particulièrement net quand on choisit le mode sport plutôt que normal ou éco. Le compteur diigital rougit, et la pédale d’accélérateur se fait plus sensible. Si l’on veut récupérer de l’énergie, on peut actionner un autre bouton et le frein moteur se fait alors sentir dès qu’on relâche la pression, pour recharger quelque peu les accus. Des batteries garanties 8 ans.

DS a choisi de ne pas en emporter trop pour ne pas alourdir excessivement la voiture (1 525 kg) et lui garder tout son dynamisme routier, tout en permettant à l’écran central de localiser les bornes disponibles en fonction du voyage. Certes, la DS3 Crossback E-Tense n’est pas destinée aux grands voyages. Mais il y a un moyen très simple de faire Paris-Marseille en tout électrique : il suffit de prendre le TGV.

Qui dit premium, dit tarifs élevés. La DS3 tout électrique, ne déroge pas, mais sans exagération. De 39 100 € en version S Chic à 46 200 € pour « La Première » édition limitée. Soit, en retranchant le bonus gouvernemental de 6 000 € pour le tout électrique, de 33 000 à 40 000 € et le sentiment d’être un pionnier.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos