Dacia voit grand

Publié le par

Dacia pourrait être l’un des grands bénéficiaires du plan « Renaulution » annoncé par Luca de Meo. La marque se rapproche de Lada au sein d’une même business unit et prépare son arrivée sur le segment C.

© Renault/Dacia
© Renault/Dacia

Le plan « Renaulution » ne laisse pas Dacia en bord de route. Au contraire, la marque devrait entamer une nouvelle phase de développement en formant une business unit à part entière avec Lada. Les deux marques mettront leurs ressources en commun, ce qui devrait engendrer des économies et de nouveaux modèles sur de nouveaux marchés. « Avec la création de la business unit Dacia-Lada, nous allons exploiter au maximum la plateforme modulaire CMF-B, renforcer notre efficacité et accroître encore la qualité, la compétitivité et l’attrait de nos produits. Nous avons ainsi toutes les cartes en main pour aller vers de plus hauts sommets. Bigster Concept en montre le chemin », souligne Denis Le Vot, directeur général des marques Dacia et Lada. Présenté dans le cadre du plan « Renaulution », le Bigster Concept symbolise le futur de Dacia. Ce SUV du segment C marque l’arrivée prochaine de la marque sur des segments qui lui étaient encore récemment interdits. Dacia doit aller « vers de plus hauts sommets » comme l’indique le groupe. Ce développement prendra la forme de trois nouveaux modèles d’ici à 2025, en plus des nouvelles Sandero, Logan et Spring. Un élargissement de la gamme vers le haut, rendu possible par l’utilisation au sein de la business unit Dacia-Lada de la plateforme CMF-B de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Faire plus avec moins

Le recours à cette plateforme permettra de passer de quatre à une seule plateforme et de 18 caisses à 11. Cette base autorisera également l’arrivée de motorisations hybrides chez Dacia. Le positionnement de la marque devrait rester similaire selon Denis Le Vot. « Dacia sera toujours Dacia et va continuer de proposer des modèles fiables et qui font sens pour les clients, l’achat malin au meilleur rapport prix-valeur », affirme le directeur général. Pourtant, le retour de Renault sur les segments C et D et la montée en gamme générale voulue par Luca de Meo pour la marque au losange dégage davantage d’espace pour Dacia. Le groupe Renault ne détient pas plusieurs marques installées de longue date, au contraire du groupe PSA. Si Alpine se positionne logiquement sur le haut de gamme technologique et sportif, il ne reste que Dacia pour constituer l’entrée de gamme et le bon rapport qualité prix. « Nous avons ainsi toutes les cartes en main pour aller vers de plus hauts sommets », affirme Denis Le Vot. Le plan Renaulution pourrait bien être un plan d’envol pour Dacia.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos