Daimler veut alléger son réseau en propre en Europe

Publié le par

Alors que les négociations sur le futur règlement européen se précisent et que Stellantis a frappé un grand coup en résiliant tous ses réseaux, nos confrères du Handelsblatt indiquent que Daimler envisage de réduire son réseau Mercedes-Benz en propre, principalement au Royaume-Uni, en Espagne et en Belgique.

© Lei Shing Hong Limited
© Lei Shing Hong Limited

Selon Handelsblatt, Daimler veut réduire la taille de son réseau Mercedes-Benz en Europe, en vendant une vingtaine de sites en Espagne, en Belgique et au Royaume-Uni. Dans un premier temps, les autres pays de la zone ne sont pas concernés. L’objectif poursuivi par Ola Kallenius est de réduire les coûts fixes et de dégager du cash pour accompagner le financement des nombreux projets actuellement proposés à l’industrie automobile. L’opération pourrait ainsi générer 1 milliard d’euros.

Si la direction assure que la représentativité de Mercedes-Benz ne devra pas en souffrir et que l’emploi des 2 800 salariés fera l’objet d’un travail prioritaire, force est de constater que comme plusieurs constructeurs, la dimension des réseaux de distribution est envisagée à l’avenir à la baisse, ce qui rejoint une logique de réduction des fameux coûts de distribution, objet de discorde entre concessionnaires et dirigeants de marques.

En 2015, Mercedes-Benz avait cédé une partie de ses sites allemands au groupe chinois Lei Shing Hong Limited (via Sternauto, actif dans sept villes avec 22 points de vente). En 2016 et 2017, les deux groupes ont encore intensifié leurs relations commerciales, autour de huit pays, en Asie, mais aussi au Royaume-Uni (onze points de vente dans les zones de chalandise de Manchester et Birmingham) et en Australie. Le groupe Lei Shing Hong ne cache pas sa volonté de continuer à se développer dans l’automobile et de nouveaux pays, notamment avec Mercedes-Benz.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos