Daniel Automobiles Mazda Meaux : une affaire de famille

Publié le par

Le groupe Daniel Automobiles carbure à l’énergie humaine. Fondé en 1989 par Guy Daniel, le point de vente seine-et-marnais s’est transmis de père en fils. L’aventure se poursuit donc sous la direction de Nicolas et Benoît, qui ne manquent pas de projets pour optimiser les ventes Mazda. Dernier en date : cibler les clients sociétés.

© Clotilde Gaillard
© Clotilde Gaillard

[Reportage réalisé avant le confinement]

Établie au milieu de la campagne meldoise, la concession Daniel Automobiles a la particularité d’abriter et de distribuer quatre marques distinctes : Skoda, Suzuki, Mitsubishi... et Mazda. Avec cette dernière, la relation a d’ailleurs débuté en 1999 et s’affiche toujours au beau fixe depuis vingt ans. Un gage de confiance et d’expérience rare entre un constructeur et un concessionnaire.

Nicolas Daniel, directeur général de l’entreprise depuis 2004, le confirme bien volontiers : « Nos rapports avec Mazda sont vraiment très bons. Les équipes France sont abordables, même au plus haut de l’organigramme, et nous répondent rapidement si nous avons des interrogations ». De plus, « Mazda sait fixer des objectifs de ventes cohérents compte tenu de la conjecture du marché », ajoute le patron des lieux, assis derrière un tableau de livraisons de commandes remplis.

Bataille rurale

Il y a dix ans, le point de vente a quitté le centre de Meaux pour déménager sur un espace plus vaste, permettant de développer l’activité des véhicules d’occasion. Un ancien terrain vague en périphérie de la ville, avec une vue panoramique sur les champs et bénéficiant du proche passage de l’autoroute. Dans la zone industrielle où Daniel Automobiles s’est délocalisé, il était l’un des premiers. Toutefois, cela n’a pas duré... En une décennie, nombre de concurrents ont fleuri autour de lui : Jeep, Audi, Citroën, Volkswagen, Honda, BMW, etc.

Une déconvenue pour le point de vente ? Pas forcément, à en croire Yoël Berguig. Le conseiller commercial affilié aux particuliers et aux entreprises admet en effet que cette concurrence féroce a ses aspects positifs. Pour cause : elle génère du trafic et permet de concentrer les clients venant de toute la région dans un même périmètre géographique.

Fidéliser pour se démarquer

Si le succès d’une concession repose donc sur l’afflux d’une nouvelle clientèle, il doit cependant beaucoup à celle qui a su être fidélisée. Partant de ce postulat, Mazda a instauré de nombreux critères qualité et des enquêtes de satisfaction. Au sein de cette structure familiale synonyme de proximité, le maximum a donc été entrepris pour que les acheteurs potentiels se sentent le plus à l’aise possible. Et ce, tout en faisant avec les contraintes physiques du lieu où sont réunis un quatuor de constructeurs, avec six à huit modèles d’exposition et un agencement décoratif propre à chaque entité. « Mixer quatre marques dans un même endroit, c’est sport, concède Nicolas Daniel. Mais cela permet de laisser le choix le plus complet aux clients en fonction de leurs besoins ».

Outre la mise en place d’un accueil ainsi que d’espaces d’attente en open-space avec sofa, machine à café et quelques jeux pour les enfants accompagnants, « c’est surtout le poste après-vente qui aide à faire revenir les clients », reconnaît Yoël Berguig. Et qui mieux, pour parler de cette activité clé, que le responsable de l’après-vente, Benoît Daniel. « On rayonne plus à la vente qu’à l’après-vente mais le SAV ne doit absolument pas être négligé », assure l’autre moitié du tandem directionnel.

L’excellence à taille humaine

Par conséquent, sur les sept techniciens, supervisés par un chef d’atelier, deux sont exclusivement dédiés à la maintenance des véhicules Mazda. Gérant une petite dizaine d’entrées par jour, ces derniers sont formés en continue par la marque à ses nouvelles (et nombreuses) innovations technologiques. Et si les entretiens constituent le plus gros des opérations effectuées, les experts mécaniques de Daniel Automobiles peuvent également prendre en charge une voiture de A à Z, du pare-brise aux pneumatiques, grâce à un magasin agrémenté de plusieurs milliers de pièces détachées.

Enfin, puisqu’il y a des détails qui font toute la différence, le point de vente Mazda de Mareuil-les-Meaux met un point d’honneur à faire vivre à son client une expérience de vente personnalisée. Lorsque la voiture commandée est livrée, dans un délai de quatre mois, son propriétaire la récupère ainsi lavée et bâchée pour un effet de surprise.

Se jeter à l’eau sur le marché des flottes

Dans cette fourmilière intergénérationnelle aux allures de hangar à avions avec ses poutres métalliques, sa tôle au plafond et ses larges baies vitrées pénétrées de lumière, les services sont multiples et tendent à se diversifier. Accolée au showroom des véhicules neufs un peu encombré, la zone réservée aux véhicules d’occasion regroupe toutes les marques, même celles qui n’appartiennent pas au groupe telles Audi ou Volvo. Un stock de modèles foisonnant – dont les fiches produits sont disponibles sur le site web de la concession – qui compte peu d’utilitaires.

Un segment néanmoins phare pour le secteur des sociétés que Nicolas Daniel a bien l’intention d’exploiter. Avec l’un de ses deux vendeurs Mazda, Yoël Berguig, nommé responsable de ce marché en 2019, l’ambition est donc de cibler les professionnels, qu’ils soient restaurateurs, agents immobilier, travailleurs libéraux ou transporteurs. « L’année dernière nous avons compté une trentaine de clients société. Pour 2020, l’objectif est d’enregistrer une croissance de ce chiffre de 20 % », vise le conseiller commercial. Pour cela, Yoël dispose d’un logiciel permettant de repérer les flottes et de les démarcher par téléphone. Il s’octroie également deux demi-journées par semaine pour prospecter ou se rendre à des rendez-vous chez des acteurs de la LLD comme Athlon, intermédiaires éminents pour approcher les gestionnaires de parc.

Des perspectives électriques pour 2020

« L’année 2020 ne sera pas facile mais on avancera comme on peut », observe Nicolas Daniel. Malgré tout, le responsable de la concession se veut optimiste. Perdus dans un amas d’offres et de réglementations, « les clients ont plus que jamais besoin de conseils », analyse-t-il. Pas question de stopper la stratégie de déploiement des services, « 2020 sera riche en investissement », promet donc le patron. Notamment en ce qui concerne la transition énergétique.

Pour le moment, les modèles hybrides ou électrifiés proposés sont rechargés sur secteur. Il y a bien une wallbox installée dans le showroom mais celle-ci n’est qu’un modèle d’exposition factice. Cependant, le point de vente se dotera de deux bornes par marque dans le courant de l’année. « Avec l’arrivé en concession de plusieurs modèles électrifiés, nous espérons qu’elles seront opérationnelles en septembre au plus tard. » Déployées par l’opérateur Zeborne, celles-ci s’érigeront devant le bâtiment entouré de nature. Comme un rappel de cette énergie « verte » au respect de son environnement.

Daniel Automobiles Meaux en chiffres :
  • 21 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisé en 2019
  • Date de création du site : 1989
  • 37 salariés
  • environ 250 véhicules en stock
  • 1 000 véhicules vendus par an, dont 30 % en VO et 70 % en VN
  • 6 à 8 véhicules exposés en showroom par marque
  • presque un hectare de terrain
  • 1 500 m2 de showroom et d’atelier
  • 210 000 références en pièces détachées en magasin (quatre marque confondues)
En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos