David Descottes, Izmocars : « Notre business actuel est tiré par l’après-vente et les pièces de rechange »

Publié le par

Entretien avec David Descottes, directeur général d’Izmocars France, dont l’entreprise spécialisée dans le développement digital des groupes de distribution poursuit son développement très actif dans l’Hexagone.

David Descottes, Izmocars : « Notre business actuel est tiré par l'après-vente et les pièces de rechange »

Auto Infos : Où en est aujourd’hui Izmocars en France ?
David Descottes
 : Nous sommes présents auprès de 119 clients dont trois filiales de constructeurs. Je rappelle que nous avions huit clients quand nous avons signé avec PGA Motors (devenu Emil Frey France) en 2015. Nous sommes seize salariés en France aujourd’hui et avons enregistré un chiffre d’affaires multiplié par cinq en trois ans.

A. I. : Comment s’organise la filiale française ?
D. D. :
J’ai démarré l’activité de l’agence en France au début de l’année 2016. Nous avons ajouté de nouvelles solutions à notre portefeuille lié à l’activité en faveur des sites web, notamment l’outil Izmo VN qui permet la publication du stock de voitures neuves. Nous proposons également Spincar, une solution de prise de photos et génération de vidéos. À côté de tout cela, nous commercialisons une solution de CRM baptisée Parts Velocity qui équipe tout type de business (lead management ou gestion de base clients). C’est une solution que nous intégrons sous l’appellation Distrigo Boost au niveau du groupe PSA suite à l’appel d’offres que nous avons remporté. Et de la même manière chez Emil Frey avec Vibox et Flauraud Box au sein du groupe Flauraud.

A. I. : Votre business centré au départ sur le Web et le VN ne se recentre-t-il pas sur l’après-vente ?
D. D. :
En effet, notre business actuel est tiré par l’après-vente et les pièces de rechange. Nous avons d’ailleurs créé une division aftermarket dédiée. Cela correspond aussi à un élargissement de notre portefeuille puisque la part du Web représente 50 % de notre chiffre d’affaires.

A. I. : Quelle est votre analyse du développement digital de la distribution automobile en France ?
D. D. :
La distribution automobile se situe aujourd’hui entre deux cycles. Nous quittons un cycle de captation des leads. La plupart des groupes se sont équipés d’un dispositif opérationnel. Nous allons entrer dans un cycle d’acquisition dans les trois à quatre prochaines années. Internet va devenir un media à part entière pour les groupes. Il faut savoir que dans le retail, de manière générale, 39 % des budgets sont réalisés dans le digital. Dans l’automobile, nous ne sommes encore que sous la barre des 10 %.

A. I. : Comment imaginez-vous cette croissance du digital dans l’automobile ?
D. D. :
L’infomédiaire digital va se développer dans l’automobile. Nous irons progressivement vers une notion de marketing personnalisé. Ce qui va modifier l’ensemble de la distribution automobile, laquelle aura une lecture nette et précise de ses investissements marketing et ROI. Je pense d’ailleurs qu’un groupe de distribution peut se poser la question d’intégrer ces nouveaux métiers mais je ne suis pas sûr que cela soit adapté à leur business model. On se dirige vers un service marketing digital externalisé pour tout ce qui concerne la partie technologique.

A. I. : Quel est l’objectif de la filiale française d’Izmocars à court terme ?
D. D.
Nous allons installer notre agence de marketing digital pour accompagner nos clients. À terme, nous espérons une croissance qui nous permettrait d’atteindre les dix millions de chiffres d’affaires tout en étant présent dans plusieurs pays d’Europe.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos