Des chiffres et des lettres

Publié le par

Une grille de lecture pour l’immatriculation des véhicules automobiles en France, 9 ans après la mise en place du 4ème système : le SIV.

Le déploiement du SIV

Le premier numéro, AA-001-AA, du nouveau système d’immatriculation a été attribué à la société Mazda France pour un de ses véhicules, une Mazda 6 blanche, le mercredi 15 avril 2009

Contrairement aux précédents systèmes, le SIV ne prévoit pas de plaques spéciales pour les véhicules de la présidence de la république, les forces de l’ordre, l’armée ou tout autre corps qui en possédait avant la réforme. Les véhicules utilisés par la Gendarmerie et l’Armée sont enregistrés dans la série normale mais sur la bande bleue de la partie droite de la plaque figure l’emblème de l’arme en lieu et place du logo de la région.

La seule exception concerne les véhicules de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris qui continue à gérer son propre système d’immatriculation aussi bien pour l’enregistrement des véhicules que la création et l’attribution des numéros. L’immatriculation caractérise le type de véhicule et/ou de matériel. Ainsi une cinquantaine de codes (de 2 à 4 lettres suivies de 1 à 3 chiffres) sont en vigueur pour immatriculer près de 850 engins roulants. La Brigade utilisant de plus en plus de véhicules adaptés aux missions, de nouveaux codes font de temps en temps leur apparition et d’autres ne sont plus utilisés.

Les numéros d’immatriculation provisoires des véhicules et des garages commencent respectivement par les lettres WW et W et rappellent le système précédent.

Dernières évolutions et situation à ce jour

Le passage de 25 à 13 régions en 2016, a eu un impact sur les logos des régions figurant sur la bande bleue située dans la partie droite des plaques.

En 2016 également, la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris doit désormais faire enregistrer ses véhicules dans le système central pour une immatriculation dans la série normale.

En ce début du mois de mai 2018, la série en cours est EX–001–AA. Au rythme actuel des immatriculations, la première de la série FA-001-AA devrait être attribuée au début du mois de septembre prochain.

Toujours pas de possibilité d’obtenir une plaque personnalisée, comme c’est le cas dans plusieurs pays à travers le monde.

Le problème italien

En octobre 1993, un nouveau système d’immatriculation est instauré en Italie. Celui-ci est national et le numéro est composé de 2 lettres, 3 chiffres et 2 lettres, caractères noirs sur fond blanc rétro-réfléchissant. La dimension de la plaque arrière est identique à une plaque française alors que l’avant est d’une taille plus réduite. Les lettres I, O, Q et U n’étant pas utilisées afin d’éviter toute confusion avec les chiffres 1 et 0 et la lettre V, ce système permet d’immatriculer un peut plus de 234 millions de véhicules.

Par rapport aux plaques françaises, on peut noter quelques différences :
-  Entre chaque groupe de caractères : un espace en Italie alors qu’il y a un tiret en France. Toutefois en Italie, entre les deux premières lettres et les trois chiffres le sceau du ministère des transports est apposé. Etoile blanche sur fond noir.
-  Eurobande à gauche : 12 étoiles au-dessus de I pour Italie et F pour la France
-  Identifiant territorial sur bande bleue à droite de la plaque : facultatif en Italie, année d’émission dans un cercle jaune au-dessus du code de la région et logo de la province et code du département en France.

Mais comme on peut l’imaginer à la lecture de ce comparatif, une même immatriculation des deux côtés des Alpes peut correspondre à deux véhicules différents pour peu que l’on ne prête pas ou peu d’attention à la présentation du numéro. C’est ainsi que de nombreux automobilistes français ont eu la surprise de recevoir une contravention car possédant un numéro identique à un numéro italien aux tirets près. Après contestation par le propriétaire français la contravention a été bien entendu annulée par les autorités. Un seul exemple suffit pour illustrer le propos :
CM 247FP est attribué en Italie à un tracteur IVECO Stralis 540 attelé à une remorque (avec une seconde plaque remorque suivant réglementation italienne) de l’écurie AF Corse (équipe d’usine Ferrari en courses d’endurance, catégorie GT avec des Ferrari 488 GTE) alors qu’en France il correspond à une Renault Megane Scenic.


François Lassalle est membre de TEAM Auto

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos