Des gestes qui sauvent

Publié le par

Lorsqu’un accident survient, il est nécessaire de connaître la bonne conduite à tenir.

Des gestes qui sauvent

Le lieu de travail est un environnement qui comporte une multitude de risques pouvant entraîner des dommages plus ou moins importants selon les tâches réalisées. Dans le domaine automobile, ils sont principalement liés à la manutention (56 %), à l’outillage à main (19 %), aux chutes de hauteur (8 %), de plain-pied (7 %) et aux risques physiques (4 %). Lorsqu’un accident survient, il est nécessaire de connaître la bonne conduite à tenir.

L’employeur a le devoir de prendre des mesures (techniques, organisationnelles et humaines) pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Il doit aussi organiser dans son entreprise les soins d’urgence à donner aux salariés accidentés et aux malades. Parmi ces mesures, il est obligatoire en France d’avoir la présence d’au moins un secouriste dans les ateliers où sont effectués des travaux dangereux.

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) recommande un effectif de 10 à 15 % de salariés sauveteurs secouristes du travail. En effet, ce certificat SST est ouvert à chaque collaborateur. Il permet de porter les premiers secours à toute victime d’un accident du travail ou d’un malaise (étapes de mise en sécurité, les gestes qui sauvent…), mais aussi d’être acteur de la prévention dans son entreprise. Tous les 24 mois, le salarié doit maintenir sa certification à travers une formation dite de « recyclage » pour conserver ses compétences à un niveau au moins équivalent voire supérieur à celui de sa formation initiale.

Chacun peut être acteur d’un environnement de travail plus sécurisé. Pour cela, le GNFA propose des formations sauveteur secouriste du travail adaptées aux spécificités du domaine automobile.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos