Des véhicules électriques aux coûts encore trop élevés

Publié le par

LeasePlan vient de révéler les résultats de son étude annuelle sur les coûts de détention des véhicules électriques par rapport aux motorisations thermiques, dans le cadre d’une utilisation professionnelle. Si les écarts se réduisent, le fossé reste large dans de nombreux pays d’Europe.

Des véhicules électriques aux coûts encore trop élevés

LeasePlan vient de dévoiler les résultats de son étude annuelle Car Cost Index, qui mesure et compare les coûts de détention des véhicules diesel, électrique et essence dans 18 pays d’Europe. L’enquête se base sur des contrats de location longue durée d’utilisateurs professionnels, d’une durée de trois ans et 20 000 kilomètres parcourus chaque année. Le loueur retient l’amortissement, le carburant, les taxes, l’assurance et l’entretien. La moyenne pour l’ensemble des nations étudiées reste largement en faveur de l’essence, avec un coût mensuel de 596 euros. Le diesel arrive en deuxième position avec 612 euros alors que l’électrique ferme la marche avec 854 euros. L’électrique double l’essence en Norvège et le diesel aux Pays-Bas. Cette performance doit être relativisée car, sur les 18 pays retenus, le coût d’un véhicule essence est le plus élevé en Norvège et celui d’une voiture diesel est le plus cher aux Pays-Bas. Au Royaume-Uni, l’écart se réduit en faveur de l’électrique. Son coût mensuel atteint 676 euros, contre 596 euros pour l’essence et 567 euros pour le diesel. Le Danemark progresse également avec une somme de 900 euros pour l’électrique, 762 euros pour le diesel et 760 euros pour l’essence. En France, l’écart reste important avec une moyenne de 806 euros pour l’électrique, 643 euros pour le diesel et 520 euros pour l’essence. « Notre Car Cost Index révèle que les véhicules électriques sont plus abordables que jamais, notamment en Europe du Nord, où les aides gouvernementales ont des répercussions positives. Bien sûr, c’est une bonne chose de constater que l’écart de coût se réduit dans les autres pays, mais il reste beaucoup à faire pour que tout le monde puisse conduire un véhicule électrique », constate Tex Gunning, CEO de LeasePlan.

L’amortissement pèse lourd

Sur l’ensemble des 18 pays étudiés, l’amortissement des véhicules à moteur thermique est le poste le plus élevé, avec 36 % du coût mensuel total. Pour les modèles électriques, ce poste grimpe à 52 % du coût global. Malgré les sommes inférieures investies dans l’énergie motrice, les taxes et les coûts d’entretien, le coût d’achat des voitures électriques s’impose comme le principal frein. « Dans toute l’Europe, les gouvernements doivent faire un pas en avant. Ils doivent s’engager à prendre des mesures incitatives écologiques à long terme et à mettre en place des projets d’infrastructures de mise en charge qui feront des véhicules électriques le choix du bon sens pour tous les conducteurs », remarque Tex Gunning. Au-delà des discours parfois proches de l’auto-persuasion de certains constructeurs, il reste donc beaucoup de travail pour démocratiser largement les véhicules électriques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos