Didier Gambart (Toyota) : « Ne pas être présent à ce rendez-vous français serait une faute »

Publié le par

Entre l’inauguration d’un nouveau stand, le retour de la Camry, la présentation de la Corolla hybride sous sa nouvelle (ancienne) appellation et, enfin, la révélation de la cinquième génération du RAV4 en motorisation hybride... l’actualité de Toyota est pour le moins électrique au Mondial de Paris.

Didier Gambart (Toyota) : « Ne pas être présent à ce rendez-vous français serait une faute »

L’absence de nombreux constructeurs n’a surpris personne. Annoncée depuis plusieurs semaines, tout le monde s’y était préparé, voire résigné. L’école buissonnière ? Très peu pour Didier Gambart, président-directeur général de Toyota France, qui n’a pas envisagé une seule seconde de suivre le mouvement. « Quand on est un acteur du secteur automobile, on ne peut pas ne pas être présent lors d’un événement tel que celui-ci. Toyota est la sixième marque en France et notre usine à Valenciennes est le troisième site de production sur le marché français. Ne pas être présent à ce rendez-vous français serait une faute », assure-t-il. D’autant que les deux marques du groupe japonais, Toyota et Lexus, affichent une actualité soutenue durant ces douze jours de salon – journées presse comprises – avec la présentation commune de cinq nouveautés dont trois majeures.

Parmi celles-ci, la Camry fait son grand retour en Europe de l’Ouest après 14 ans d’absence. Un retour accompagné de la nouvelle plateforme TNGA et d’une motorisation hybride dont l’ajout met en exergue un choix stratégique comme le souligne Didier Gambart : « Avec le nouveau cycle WLTP, le segment des SUV va être le plus impacté. Nous pensons donc qu’il y aura un retour des berlines plus statutaire. La Camry est un produit bien né mais il est positionné sur un segment en berne. Nous serons donc plus attentifs au segment que sur le produit lui-même. Avec sa motorisation hybride, le véhicule s’inscrit désormais dans un contexte d’électrification. Notre offre hybride s’étoffe et couvre 90 % du marché. Cette année, sur dix véhicules, nous avons vendu sept Toyota hybrides, autrement dit 1 % du marché est électrifié. Cette gamme s’adresse notamment à nos clients professionnels, comme les chauffeurs de taxis, par exemple, qui attestent depuis 20 ans de la fiabilité de nos produits, et de leur faible consommation en carburant. Ce type de produit est une vraie alternative ». Toyota s’est fixé comme objectif la vente d’un millier de Camry en année pleine, vendue à l’unité au prix de 40 000 euros.

La Toyota Corolla en deux versions hybrides

La berline Corolla a elle aussi trouvé sa place sur le nouveau stand du constructeur. Proposée avec deux motorisations hybrides de 1,8 ou 2 litres (respectivement 122 et 180 chevaux), sa présence permet de revenir sur son récent changement d’appellation. « L’Auris est une particularité européenne, explique Didier Gambart. Le changement de nom profite de l’arrivée de la nouvelle plateforme TNGA. Cette transition répond également au besoin d’une cohérence mondiale ». Porte-drapeau de Toyota sur la scène internationale, le patronyme Corolla paraît donc plus familier dans tous les esprits. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison qu’il s’est écoulé 45 millions d’exemplaires à travers la planète depuis son lancement en 1966, lui conférant ainsi le titre de la voiture la plus vendue de toute l’histoire de l’automobile. En 2019, le constructeur vise les 16 000 unités.

10 000 unités du RAV4 en année pleine

À deux pas, la cinquième génération du RAV4, basée sur la plateforme TNGA-K, a également été présentée au public. Le modèle est doté d’un système hybride de 2,5 litres. Le président-directeur général de la marque ambitionne de vendre 10 000 unités en année pleine, soit 20 % de plus par rapport à la génération actuelle avec 8 500 immatriculations d’ici à la fin de l’année 2018. « Avec ce nouveau produit, nous avons mis en place une stratégie orientée vers les entreprises. Il y a une intention plus affirmée de collaborer, tant de leur part et que de la nôtre. Pour l’instant la part des ventes aux particuliers (professions libérales comprises) représente 80 % contre 20 % pour les flottes. Notre volonté est de passer sur une répartition de 70-30 ».

Dans les mois qui suivront le Mondial, Toyota souhaite consolider sa position urbaine avec l’Aygo et la Yaris, maintenir la dynamique du C-HR et enfin installer sur le marché la nouvelle Corolla et le RAV4.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos