EVBox mesure le degré d’enthousiasme des Européens pour l’électrique

Publié le par

Le fournisseur de solutions de recharge EVBox a réalisé avec Ipsos une étude dans six pays d’Europe pour mesurer la perception de l’électrique auprès de 3 600 Européens. Si la prise de conscience environnementale est présente, les freins restent toujours les mêmes.

© EVBox
© EVBox

EVBox, spécialisé dans la fourniture de solutions de recharge pour véhicules électrifiés, vient de réaliser une étude avec Ipsos pour mesurer la motivation des Européens de six pays face à l’électrique. Menée en France, en Allemagne, en Belgique, en Norvège, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, cette enquête a recueilli l’avis de 3 600 personnes, dont 600 conducteurs de véhicules électrifiés (hybride, hybride rechargeable et 100 % électrique). Au sein de ce panel, les Français se sentiraient plus concernés par le changement climatique que leurs homologues européens. En effet, près de 72 % des personnes interrogées dans l’Hexagone se disent préoccupées par l’avenir de l’environnement, alors que ce taux est de 62 % pour l’ensemble des autres pays sondés. Cette prise de conscience commence à se traduire sur le marché français par une hausse des ventes de modèles électrifiés. Cependant, l’étude montre également que plus d’un Français sur trois envisage de passer à l’électrique. Une proportion encore relativement faible.

Des freins connus

Les freins avancés par les réfractaires restent connus. L’incertitude de trouver un point de recharge figure au premier rang, devant le prix des véhicules électrifiés et le coût de la recharge, perçu comme trop élevé par rapport aux véhicules thermiques. EVBox souligne que le plan de relance prévoit l’installation de 100 000 points de charge sur le territoire d’ici à la fin 2021. La firme met également en avant la multiplication de l’offre de véhicules électrifiés sur le marché. Cependant, l’installation de bornes en habitat collectif reste souvent complexe et les tarifs des voitures électrifiées sont très différents selon la technologie employée. En effet, l’étude mélange des modèles aussi éloignés qu’une citadine micro-hybride, un SUV hybride rechargeable et un modèle 100 % électrique. Autant de budgets différents et des profils d’acquéreurs qui ne sont peut-être pas identiques. Ainsi, le profil du conducteur français de véhicule électrifié dressé par l’étude est assez large. Il s’agit d’un homme dans 58 % des cas, dont l’âge se situe entre 35 et 54 ans (48 %), détenteur d’un niveau de diplôme élevé (63 %) et salarié pour 79 % de ces conducteurs. Un profil global peu étonnant, qui doit cependant différer selon le type de propulsion choisi.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos