En fuite, Carlos Ghosn promet de s’exprimer dans quelques jours

Publié le par

Le Japon a ouvert une enquête pour comprendre comme l’homme d’affaires est parvenu à quitter le territoire.

En fuite, Carlos Ghosn promet de s'exprimer dans quelques jours

L’ex-patron de Renault-Nissan a pris la poudre d’escampette. Arrêté une première fois au Japon en novembre 2018, relâché en mars 2019 en échange d’une caution, l’homme d’affaires avait de nouveau fait un séjour derrière les barreaux avant d’être assigné à résidence en avril 2019. Lassé par cette justice japonaise « partiale », Carlos Ghosn a organisé sa fuite vers le Liban à bord d’un jet privé lundi 30 décembre 2019. Le patron déchu de 65 ans possède en effet la triple nationalité française, brésilienne et libanaise. Afin de s’exfiltrer et ainsi échapper à la surveillance des autorités japonaises, l’ex dirigeant a fait appel à une société de sécurité privée. Famille et avocat japonais ont donc appris son retour à travers les médias. Le pilote de l’avion lui même a assuré ignorer sa présence à bord de l’appareil.

De son côté, le gouvernement libanais réfute toute implication dans cette affaire et se refuse à extrader son ressortissant. De fait, le Liban n’a signé aucun accord d’extradition avec le Japon. Les avocats de Carlos Ghosn ont annoncé la tenue d’une conférence de presse à Beyrouth le 8 janvier prochain. Peut-être l’occasion d’en savoir plus sur les différentes étapes de son évasion.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos