En mai fais ce qu’il te plait….

Publié le par

En mai fais ce qu’il te plait….

Si l’on en croit certaines déclarations issues du terrain, ce mois perclus de grèves et de jours fériés semble afficher pour beaucoup de distributeurs automobiles des résultats faibles en volume et en marge.
Ces prévisions restent bien sur déclaratives avant la parution des résultats mais l’augmentation sensible du volume des candidatures reçues, que nous constatons, peut laisser penser qu’un malaise, espérons passager, pourrait naitre dans les équipes avant l’été.
La motivation globale des collaborateurs serait-elle en baisse ? La question résonne d’autant plus qu’à la suite de la parution d’une enquête récente menée dans 17 pays, le pourcentage de démotivation des salariés des pays d’Europe s’évaluait entre 46 et 54%, alors qu’il serait compris entre 20 et 31% dans d’autres pays dits émergents.

On lit également que le pourcentage des salariés très et très peu engagés des deux blocs suit la même tendance. L’enquête place ainsi la France parmi les derniers pays d’Europe sur le plan de la motivation de ses salariés. Selon les analyses, cette baisse de motivation à pente constante constatée sur les 10 dernières années serait due à deux facteurs.
D’une part, le contexte économique, qui rend plus difficile l’accès aux primes et prive l’entreprise d’une partie de l’efficacité du levier financier de la motivation. Même si l’aspect financier n’a pas un effet des plus durables. D’autre part, l’augmentation du pourcentage de personnes stressées serait passé, d’après une autre parution, de 38% à 61% sur la période.
Pour différentes raisons liées notamment à la chimie du cerveau, l’analyse explique que quand le stress augmente, la motivation diminue biologiquement. Enfin, la dernière place de la France dans le classement s’expliquerait par le fait qu’à l’inverse d’autres cultures, ici on travaille d’abord et trop largement pour soi avant d’orienter ses efforts pour le bien-être de la communauté. En conséquence, on assiste parfois dans les entreprises à une véritable crise du désir de se dépasser, de contribuer à une réussite collective et de participer au bien commun.

L’analyse conclut par la mise en avant d’une sorte de cercle vicieux majorant les effets du stress, qui lui-même altère la motivation, alors que cette dernière devrait normalement contribuer à diminuer les effets du stress.
L’influence des effets de ce cercle vicieux s’illustre bien dans les cas de burn-out, ou le risque initial est notoirement plus important quand il n’y a plus de motivation aux taches du quotidien.
Lorsqu’un employé se détache de sa tâche, les niveaux d’engagement diminuent et cela conduit très souvent à l’épuisement professionnel. A l’inverse, l’engagement que suscite l’entreprise de la part de ses salariés pour elle-même, contribue à l’augmentation de la motivation en induisant une meilleure qualité de vie professionnelle.
Les entreprises du secteur de la distribution automobile sont confrontées aux mêmes difficultés. Celles qui réussissent le mieux à maintenir la motivation, la cohésion et la performance de leurs équipes expliquent avoir pris les moyens de faire émerger un projet d’entreprise, voire une « ambition maison » capable de compenser la dispersion des volontés induite par la tendance du moment.

A l’échelle de l’entreprise, il semble incontournable de faire évoluer le management en recourant davantage à des comportements bienveillants, susceptibles de diminuer le niveau de stress et de rendre la motivation plus aisée, sans baisser le niveau d’exigence utile à la performance, pour transformer le cercle vicieux abordé précédemment en un cercle vertueux. Il faut donner l’envie de se rendre service et faire en sorte que chacun ait envie de cultiver la pratique le plus souvent possible.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos